France Culture. Robert Lion : 3ème émission [La Défense]

Référence 00180590
Intitulé Robert Lion : 3ème émission
Émission A voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui
Dates extrêmes 30/10/1996
Niveau de description Pièce
Importance matérielle 25min
Nom du producteur France Culture
Histoire administrative / notice biographique
Créé en 1963, France Culture est la station de radio culturelle nationale publique française du groupe Radio France.
Historique de la conservation
Le fonds est conservé à l’INA.
Présentation du contenu Directeur de la Construction pendant cinq ans dès 1969, membre du Parti socialiste, directeur de cabinet de Pierre Mauroy et directeur de la Caisse des dépôts pendant dix ans, Robert Lion fut, à ca titre, l’un des personnages les plus puissants de France. Un fait ? Un choix permanent. Ecoutons-le, par exemple, raconter ses débuts : de la dernière promotion de l’ENA avant l’indépendance de l’Algérie, Robert Lion y fut envoyé juste après le cessez-le-feu, afin de contrôler le “receveur des contributions diverses” de Boufarique. Le commis de l’État français n’avait pas reçu un tel émissaire depuis 1917 ! Prime expérience du mode de fonctionnement de l’administration française parfois. Ici c’était en septembre 1958, lors de son service militaire : Robert Lion eut l’occasion d’apercevoir le général de Gaulle : à Constantine, place de la Brèche. De quoi se forger une conscience politique. Et puis il y a cette attirance pour l’architecture et l’urbanisme. L’époque est celle de la reconstruction. Quand Edgar Pisani crée en 1965 le ministère de l’équipement – avec Roland Nungesser comme secrétaire d’État -, quand le préfet de la région parisienne, Paul Delouvrier, “fabriquera la région parisienne comme Haussmann a fait Paris”, quand Albin Chalandon aura en charge la Construction sous Georges Pompidou, l’homme répondra toujours présent. (…) Robert Lion osera pourtant sortir du sentier battu : l’homme compris qu’alors, dans les année 50, si le gouvernement est faible, c’est l’administration qui est forte, qui assure la continuité de la République. Issue de la formidable organisation des Dommages de guerre, sous l’impulsion de Raoul Dautry, puis d’Eugène Claudius Petit, elle était le “pilier qui tenait la route”. Quid aujourd’hui du “modèle” français ?

 

[voir les autres fonds sur la Défense]
[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search