Fonds Alexandre COURTOIS

Référence 282 AA, COURT
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé COURTOIS Alexandre (1904-1974)
Dates extrêmes 1930-1933
Nom des principaux producteurs Alexandre Courtois
Importance matérielle Quelques documents graphiques.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «Académie d’architecture/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Dépôt de l’Académie d’architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).
Historique du producteur Alexandre Courtois est né à Paris en 1904 et mort en 1974.
Il étudie à l’ESNBA dans l’atelier Bigot. Il obtient le premier grand prix de Rome en 1933 pour un projet d’église de pèlerinage.
Pendant son séjour en Italie, ses envois sont consacrés essentiellement à la restitution des maisons de Pompéi et d’Herculanum.
En 1944, il est chargé de mission auprès du protectorat français du Maroc, et, dans ce cadre, élabore le plan d’aménagement de Casablanca.
Exerçant par la suite en tant qu’architecte indépendant, en tête d’une agence qui emploiera jusqu’à vingt architectes et dessinateurs, il réalisera à Casablanca l’essentiel de son œuvre, notamment l’immeuble pour la Banque nationale du commerce et de l’industrie (BNCI) en 1942 (concours) 1950, le Consulat de France, la gare de Casablanca-port (comprenant aussi un ensemble de commerces) et la gare routière de la Compagnie de transports marocains (1954-1955).
Auteur de plusieurs bâtiments scolaires, il construit dans Casablanca “de grands immeubles blancs et parallélépipédiques rythmés par des brise-soleils verticaux, caractéristiques de son style personnel”.
De 1965 à 1974, il réalise notamment des immeubles à Grenoble, dont l’immeuble de la caisse des congés payés du bâtiment et de la médecine du travail et les résidences universitaires Condillac et Gabriel-Fauré à Saint-Martin-d’Hères.
Il fut encore :
– architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux,
– président de l’Ordre des architectes au Maroc,
– président du 2e congrès de l’Union internationale des architectes,
– professeur, avec Perret, Dumail et Raymondet à l’Ecole des beaux-arts, Paris.
(source : l’Académie d’architecture et l’ouvrage : Architectures françaises outre-mer, dir. M. Culot et J.-M. Thiveaud, Paris : IFA, Caisse des dépôts et consignations ; Liège : Mardaga, 1992).
Historique de la conservation Don (de l’architecte ?) à l’Académie d’architecture, avant 2000.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination n’a été pratiquée.
Mode de classement Cotation et conditionnement :
– 282 AA 1 et 2 : pochettes de doc. à plat (jusqu’à 90 x 125 cm) ;
– 282 AA 3 et 4 : boîte de doc. (jusqu’à 55 x 65 cm).
Présentation du contenu Quelques travaux d’école et projet pour le grand prix de Rome de 1933.
Bibliographie “Une maison d’habitation à Bayonne”, Techniques et architecture, n° 296, déc. 1973, p. 44.
“Groupe scolaire, Cestas”, Techniques et architecture, n°308, mars 1976, p. 36.
“Architectures françaises outre-mer”/dir. M. Culot et J.-M. Thiveaud. Paris : IFA ; Caisse des dépôts et consignations ; Liège : Mardaga, 1992.
Cohen (Jean-Louis), Eleb (Monique). “Casablanca : mythes et figures d’une aventure urbaine”. Paris : Hazan, 1998.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search