Fonds Jacques CHENIEUX

Référence 381 Ifa, CHEJA
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé CHENIEUX Jacques (1927-2006)
Dates extrêmes Années 1950 à 1970
Nom des principaux producteurs Jacques Chenieux
Importance matérielle 5 ml de dossiers, une pochette de documents graphiques, 1 ml de rouleaux, une maquette.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Fonds donné par l’architecte à la direction des Archives de France et déposé au centre d’archives de l’Ifa en février 2004 ; compléments en février 2007 (après son décès) et en novembre 2010 (tubes et archives conservées dans un local extérieur).
Historique du producteur Jacques Chenieux est né le 7 juin 1927 et décédé à Paris en novembre 2006. Il est le fils de Pierre René Chenieux (1891-1931), architecte (voir en fin de notice biographique).
Jacques Chenieux a une formation multiple : il mène, sans les achever, des études d’architecture à l’École spéciale d’architecture (ESA) à Paris et à l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL, atelier Tschumi), fréquente également l’Institut de technique sanitaire (CNAM, Paris) et l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (IUP, où il reçoit l’enseignement de Robert Auzelle) ; il est diplômé ingénieur du CNAM en 1958. Il passe un an à Trondheim (Norvège), où il travaille notamment à l’étude d’une habitation évolutive auprès d’un architecte sociologue.
Sa formation comprend également des stages chez Pierre Barbe, Le Caisne, Jean Bossu (reconstruction d’Orléansville, 1956-1957) et Paul Herbé.
A partir de 1947, il collabore avec Bernard Rousseau, peintre et sculpteur, “sur des problèmes plastiques” [selon son expression, lettre de JC au centre d’archives, déc. 2005].
Il est aussi brièvement associé à Michel Luyckx à Alger.
Jacques Chenieux projette et réalise :
– des églises : le Sacré-Cœur à Bourges, 1954 ; églises de Maizières-lès-Metz, 1954-1958, de Saint-André à Rezé-les-Nantes, 1960-1966 ;
– des immeubles d’habitation, notamment : un lotissement de maisons rurales dans l’Orne, 1963 ; des maisons individuelle en bande (Bernon-Village, Épernay, 1966-1970), et plusieurs déclinaisons de ces dernières dont une maison modèle à Villagexpo Nantes, 1967 ; des tours d’habitation (Le Blanc-Mesnil, 1968).
Il construit la MJC de Rueil-Malmaison en 1967 et mène plusieurs études d’urbanisme de 1957 à 1963, notamment sur le quartier Mouffetard (Paris 5e), à Flers et à Bellême dans l’Orne.
Par ailleurs, il participe à des travaux pluridisciplinaires et collectifs : il fonde en 1963 le Centre de recherche appliquée pour l’architecture et l’urbanisme (CRAU), puis, avec Bernard Rousseau, il fonde la société coopérative d’architecture AR3 (1966-1971).
Il est architecte-conseil auprès du Centre paritaire du logement, 1963-1966.
Enfin, il enseigne, à partir de 1956 : au Cours supérieur d’esthétique industrielle, jusqu’en 1959 ; à l’ENSBA (groupe C’) à partir de fév. 1968 ; à UP6 (en tant qu’assistant) ; à l’ESA en 1969 ; à l’Ecole d’architecture de Rennes de 1972 à 1974 ; à PROMOCA (brevet de collaborateur d’architecte) de 1971 à 1985.
Pierre René Eugène Chenieux, le père de Jacques Chenieux, est né le 25 avril 1891 à Ivry-sur-Seine et mort le 8 juin 1931. Architecte, il est lui-même fils d’un petit entrepreneur en maçonnerie né dans le Limousin. Il se forme en partie sur le tas (selon la tradition familiale, il est commis chez un architecte enseignant à l’École spéciale d’architecture, et suit des cours du soir à l’École spéciale des travaux publics). Âgé de 15 ans, il conçoit et construit une maison au Blanc-Mesnil, pour un oncle (dessin dans le fonds d’archives).
Mobilisé à l’issue de son service militaire, donc sous les drapeaux de 1911 à 1918, il est gazé à l’hypérite pendant la guerre; il mourra des suites du gazage en 1931. Il participe à la Reconstruction après la Première Guerre mondiale, puis installe une agence à Alfortville et édifie de petits immeubles, édifices industriels ou pavillons en banlieue parisienne. Il obtint une médaille d’or au concours de la loi Loucheur sur les immeubles collectifs (1929). Il obtient la même année la médaille d’or à l’exposition des Arts décoratifs de Nice. Inscrit à l’Union professionnelle du bâtiment de France et à la Société professionnelle des architectes français (1926), il est également expert auprès des tribunaux (il aurait été le seul expert civil du Génie militaire).
(D’après les indications fournies par Jacques Chenieux.)
Mode de classement Cotation et conditionnement :
– Caisses 1 à 14 : caisses de format 30x40x55 cm ;
– 381IFA 100 : maquette ;
– 381 IFA 200 : carton à dessins ;
– 381 IFA 300-303 : boîtes à rouleaux.
Présentation du contenu Le fonds comprend des dossiers sur les principales réalisations ou projets d’architecture et d’urbanisme de Jacques Chenieux ; une documentation sectorielle (théâtres) ; des documents concernant les réflexions et l’enseignement de l’architecte ; une maquette de l’église de Rezé-les-Nantes réalisée par l’architecte en 2006 à destination de son fonds d’archives.
Le fonds comprend également un carton à dessin provenant de Pierre René Chenieux : planches représentant une dizaine de projets (1906, 1927 et projets non datés postérieurs à la Première Guerre mondiale), quelques tirages de plans d’interventions non localisées pour l’Office public de HBM de la ville de Paris, diplômes et prix professionnels, quelques numéros de revues mentionnant l’architecte. Les projets de reconstruction après 1918 ne sont pas évoqués.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search