Fonds André CHATELIN

Référence 049 Ifa, CHAAN
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé CHATELIN André (1915-)
Dates extrêmes 1946-1973
Nom des principaux producteurs André Chatelin
Importance matérielle 24,5 ml de dossiers, 19,5 tiroirs de meubles à plans, 0,5 ml de rouleaux.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.Fonds en partie conservé dans un dépôt extérieur : accessibilité limitée en fonction de la disponibilité du service.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Fonds donné par l’architecte à la direction des Archives de France et déposé à l’Ifa en 1988.
Historique du producteur André Chatelin est né le 16 novembre 1915 dans une famille de médecins. Ses études à l’Ecole des beaux-arts (atelier Laloux-Lemaresquier) l’amènent, après son diplôme en 1942, à monter en loge en 1943. Il est d’emblée Premier Grand Prix de Rome.
Il doit différer son séjour à la villa Médicis, fermée pendant la guerre, et effectue un stage chez Perret, où il collabore au projet de stade olympique national à Montesson. Arrivant à Rome en 1946, il fréquente, jusqu’en 1948, les officiers supérieurs français stationnant dans la ville, dont le maréchal Juin. C’est ainsi qu’il reçoit la commande d’un cimetière militaire français près de Sienne (non construit). De Rome, il envoie aux Beaux-Arts des relevés de jardins du château de Liancourt.
Etant à Rome, il ne reçoit pas de poste important pour la Reconstruction. En tant qu’architecte des bâtiments civils et des palais nationaux, il est cependant chargé de mission pour le MRU et adjoint au commissaire général pour la Normandie, mais il n’aura que peu de commandes à ce titre (sauf la reconstruction de l’émetteur d’Europe n° 1 à Sarrebruck). A la fin des années quarante, il s’intéresse plutôt au logement (HLM Toit et joie, commandes privées). Il aménage l’appartement parisien de la reporter américaine Thérèse Bonney.
Chatelin s’intègre ensuite à deux administrations dont il restera un collaborateur régulier: les Postes (architecte en chef) et la Santé publique (architecte agréé). Il travaille chez Michel Roux-Spitz, notamment sur les projets des CHU de Nantes et de Dijon ; il s’associera souvent avec le fils de Roux-Spitz, Jean, également architecte, et succédera à Michel Roux-Spitz comme architecte en chef de la Bibliothèque nationale.
Pour le ministère des Postes et télécommunications, il construira dans les années 1955-1975 de nombreux centraux téléphoniques, des directions régionales des postes ou des télécommunications, des centres de chèques postaux (extension à Paris, Clermont-Ferrand), des bureaux de poste (plusieurs aménagements à Paris), le musée de la Poste à Paris (1973).
Pour le ministère de la Santé, entre autres projets, il élabore le plan directeur (approuvé en 1970) du CHRU de Clermont-Ferrand, qu’il construit (1958-1980) — ainsi qu’une école d’infirmières et d’autres centres médicaux — en association avec Jean Frottier; il construit avec Jean Roux-Spitz l’important centre psychothérapique de la Sarthe (Allonnes, achevé en 1969). Il remporte aussi avec Pottier et J. Roux-Spitz le concours de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris (inauguré en 1979), et construit à Monaco l’hôpital Princesse-Grâce.
Il travaille aussi beaucoup pour le ministère des Armées (restauration de l’église Saint-Louis-des-Français à Berlin, casernes de gendarmerie à Perpignan et près de Montpellier, Val-de-Grâce).
Le ministère de l’Economie et des finances lui commande plusieurs hôtels des finances ou trésoreries générales.
Enfin, pour le ministère de l’Education nationale, il construit plusieurs collèges et lycées (CES de Vichy à Cusset, lycée technique d’Etat E.-Livet à Nantes, lycée de Nantes-La Colinière, lycée Lumière à Lyon) et de nombreux collèges de type industrialisé.
Au début des années quatre-vingt, la généralisation des concours ainsi que l’alternance politique mettent un frein à cette carrière basée sur un savoir-faire certain et des relations de confiance avec les ministères. Le dernier gros chantier est le centre hospitalier régional de Clermont-Ferrand. André Chatelin ferme son agence vers 1988, avant la fin de ce chantier.
Historique de la conservation Le fonds se trouvait, avant son transfert à l’Ifa, à l’agence d’architecture de la Bibliothèque nationale, rue de Louvois, dont André Chatelin était titulaire.
Évaluation, tris et éliminations Importantes : le volume des dossiers est passé de 74 ml estimés, à 24 ml de dossiers (pièces écrites et tirages pliés). Les documents graphiques ont fait l’objet de tris moins sévères, passant de 25 gros portefeuilles à 22 tiroirs de meubles à plans
Mode de classement Le répertoire correspond non à un classement détaillé, mais à un simple repérage du fonds. C’est pourquoi des renseignements tels que le nom des principales entreprises des chantiers manquent le plus souvent. L’ensemble du fonds a été conditionné et coté (dans la série 49 IFA) lors de ce repérage.
Cotation et conditionnement :
– 49 IFA 001-140 : caisses ;
– 49 IFA 200-343 : boîtes de doc. à plat (jusqu’à 70 x 100 cm) ;
– 49 IFA 400-405 : boîtes de rouleaux ;
– 49 IFA 500 : boîte de photos (jusqu’à 26 x 37 cm).
Présentation du contenu Le fonds reflète la carrière d’un architecte qui s’est distingué au plus haut niveau pendant la Seconde Guerre mondiale (il a été Premier Grand Prix de Rome en 1943) et qui a mené une carrière riche et très tournée vers la maîtrise d’ouvrage publique jusqu’au début des années quatre-vingt.
Il concerne entre autres de nombreuses interventions sans doute mineures (aménagement d’appartements) pour lesquelles on ne trouvera, après un classement accompagné d’éliminations, que des traces inégales. Les projets significatifs en revanche sont bien représentés.
Autres sources Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle : fonds des Dossiers d’œuvres de la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, 133 IFA, dossier DAU n° 383 (cotes : 133 IFA 60/2, 502/39).
Bibliographie Pons (Jacques), Peyceré (David). “Deux études de cas : éliminations dans les fonds Dépruneaux et Chatelin”, La Gazette des archives, n° 190-191, 3e-4e trim. 2000.
Leclerc (Bénédicte), “Les architectes des PTT, 1901-1973”, Monuments historiques, n° 184, 1992.
Chatelin (André), “Un architecte témoin”, Monuments historiques, n°184, 1992, p. 40-42.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search