Fonds Jacques CARLU

Référence 010 Ifa, CARJA
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé CARLU Jacques (1890-1976)
Dates extrêmes 1921-1976
Nom des principaux producteurs Jacques Carlu
Importance matérielle 3,4 ml de dossiers, 1 tiroirs de meubles à plans, 1 boîte de rouleaux, nombreuses photographies.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Le fonds a été donné en 1981, sans acte de don, par Jean Carlu, graphiste, frère de l’architecte (1900-1997). Un complément apporté en 2003 provient des archives propres de Jean Carlu (don Ferlus, 1997) conservées au musée de la Publicité (Union centrale des Arts décoratifs). Un second complément a été versé en 2007 par les AD des Hauts-de-Seine (deux caisses provenant du fonds de Mailly, 28J).
Historique du producteur Jacques Carlu est né à Bonnières-sur-Seine en 1890 et décédé à Paris en 1976.
Il est établi à New York et à Paris, et actif en France, aux Etats-Unis et au Canada de 1921 à 1976.
Frère cadet du célèbre affichiste Jean Carlu, c’est l’homme des défis, des grandes entreprises et d’une certaine démesure, dont témoignent ses œuvres souvent empreintes de monumentalité.
Alors qu’il est encore à l’Ecole des beaux-arts, il réussit en 1919 le concours de Rome, qui l’amène à séjourner en Italie de 1919 à 1924. Il vit ensuite de 1924 à 1934 à New York et au Canada, où il réalise des travaux de décoration intérieurs, de magasins notamment (grand magasin Eaton à Montréal, 1930-1931), dans le style paquebot.
De 1935 à 1939, de retour en France, il transforme, en collaboration avec Boileau et Azéma, l’ancien Trocadéro de Davioud, qui devient le palais de Chaillot. La monumentalité de l’édifice, la polémique qui entoure le projet asseyent sa notoriété. Sans attendre l’organisation d’un concours, il avait proposé, avec Robert Mallet-Stevens, plusieurs esquisses pour un « musée de la République ». En tant qu’architecte des bâtiments civils et palais nationaux, il est architecte en chef de la Chapelle expiatoire de Louis XVI, en 1934, et architecte en chef puis conservateur du palais de Chaillot de 1934 à 1963.
En 1935, il dirige aussi la section française des Beaux-Arts à l’Exposition internationale de Bruxelles.
De 1940 à 1945, il séjourne de nouveaux aux Etats-Unis, avant de s’installer définitivement en France. Sa carrière est marquée, à Paris, par les aménagements provisoires de l’ONU (1948-1951) dans les jardins du Trocadéro, et de l’OTAN (1951-1960), aujourd’hui faculté de droit et de sciences économiques, porte Dauphine.
Il est aussi architecte en chef, puis conseiller technique pour les travaux d’extension et d’aménagement du Palais des Nations à Genève, à partir de 1950.
Son rayonnement passe par l’enseignement, au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de 1924 à 1934, et par son rôle de directeur fondateur de l’Ecole américaine d’été à Fontainebleau, de 1923 à 1937.
Notice essentiellement reprise de : Ragot (Gilles). « Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle ». Paris : Ifa ; Hazan, 1996, p. 172.
Historique de la conservation Le fonds reçu en 1981 a d’abord été entreposé à la bibliothèque Marmottan. Il comprenait des dessins du Grand Prix et certains envois de Rome, restitués à la bibliothèque de l’Ecole nationale des Beaux-Arts qui s’est chargée de leur restauration, ainsi que des éléments du fonds d’agence sauvegardés par une relation de Jacques Carlu. D’autres documents donnés en même temps étaient restés en possession de Jean Carlu, le frère de l’architecte. Les circonstances de la vie (allers-retours entre la France et les Etats-Unis) et du décès de Jacques Carlu ont contribué à la dispersion de ses archives, dont une autre partie a été vendue aux Puces.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination significative n’a été pratiquée.
Mode de classement Le fonds a fait l’objet d’un traitement de sorte à intégrer au premier versement effectué en 1981 les compléments versés en 2003 et 2007, qui maintenant constituent un ensemble unique.
Le traitement a consisté dans les opérations suivantes :
– regrouper les documents par projets, et en constituer des Dossiers (= articles) reconditionnés par types et par formats de documents ;
– ajouter un système de repérage physique à tous les Dossiers ainsi constitués ;
– décrire les documents de façon synthétique en spécifiant leurs cotes d’origine (voir plus bas) dans le corps de la description des dossiers (abréviation les introduisant : cote AA) ;
– pointer les documents par rapport à l’inventaire originel (les lacunes constatées sont signalées dans le corps de l’inventaire).
Certains projets ou documents sont signalés comme “documentation annexe” : il s’agit pour l’essentiel de reproductions de documents conservés soit au Musée ou dans les collections historiques du Massachussetts institut of technology (MIT) à Cambridge, Etats-Unis, soit à l’ENSBA (Paris). Cette documentation a été rassemblée, vers 1983-84, par Isabelle Gournay, auteur de la monographie sur Jacques Carlu, publiée par l’IFA.
Cotation et conditionnement :
– 010 Ifa 1-15 : 1 tiroir de meuble à plans avec des documents graphiques ;
– 010 ifa 100-104 : 5 boîtes plates avec des photographies et imprimés de plus grand format ;
– 010 Ifa 200-210 : 11 boîtes de doc. avec des écrits, doc. graphiques et imprimés ;
– 010 Ifa 300-304 : 5 boîtes de doc. avec des photographies ;
– 010 Ifa 500 : 1 boîte de rouleaux avec des documents graphiques : sur le concours pour la voie triomphale, 1931 ;
– B6.43 : boîte de documentation annexe et reproductions d’originaux ;
– B1.5 : boîte multi-fonds : classement intégré des repros de documents et de doc. annexe.
Présentation du contenu Pauvre en documents graphiques et textuels originaux, le fonds comporte cependant quelques dessins de jeunesse, le superbe rendu du George Eastman Memorial et les très belles esquisses pour le musée de la République, en collaboration avec Robert Mallet-Stevens.
Certaines esquisses non identifiées rendent également compte de la grande habileté graphique de Jacques Carlu. Les perspectives pour les magasins Eaton ou les photographies du rendu pour le concours du Chicago War Memorial permettent d’imaginer la qualité des dessins originaux, qui semblent définitivement perdus. A l’inverse, de nombreuses photographies des décors canadiens, d’une qualité remarquable, nous sont parvenues.
La documentation la plus abondante concerne le chantier du palais de Chaillot. Les esquisses, plans et dessins de présentation originaux (avec Boileau et Azéma) sont absents, mais on trouve quelques documents textuels importants, un dossier de presse très complet, de remarquables photographies.
Sur l’activité de Jacques Carlu après la Seconde Guerre mondiale, on trouve une intéressante documentation sur le plan d’urbanisation du quartier de Belém à Lisbonne, établi avec l’architecte portugais da Silva [probablement Luís Ribeiro Carvalhosa Cristino da Silva (1896-1976)]. Cet épisode demeuré sans suite est l’un des nombreux points encore mal connus dans la carrière de Jacques Carlu.
Le complément reçu en 2003 est surtout riche en portraits et photos de l’architecte seul, en famille et lors de différentes manifestations. Un ensemble important de dessins d’art est aussi à signaler.
Documents de même provenance Les archives de J. Carlu ont été en grande partie dispersées. Une partie, retrouvée dans un marché aux puces par un marchand d’art, a été vendue aux enchères : c’est ainsi que l’un des plus beaux dessins de l’architecte est désormais conservé au Centre canadien d’architecture à Montréal.
A mentionner aussi :
Massachusetts Institute of Technology (MIT), Cambridge (Etats-Unis), Historical Collections : documents sur les activités de professeur de Carlu et quelques dessins (esquisses pour son Prix de Rome).
Bibliothèque de l’ENSBA (Paris) : Grand Prix et envois de Rome.
Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, fonds extraits du fonds Jacques Carlu) :
– fonds Jules-Désiré Bourdais (1835-1915), 11 IFA ;
– fonds Tony Garnier (1869-1948), 15 IFA.
Autres sources Concernant le Trocadéro : Paris. Archives nationales : fonds de l’Exposition internationale de Paris, 1937 (sous-série F12).
Bibliographie Gournay (I.). “Le Nouveau Trocadéro”. IFA ; Mardaga, 1985 (architectes J. Carlu, Louis-Hippolyte Boileau, Léon Azéma).
“Esprit(s) des lieux : du Trocadéro au palais de Chaillot”. Catalogue de l’exposition présentée à la Cité de l’architecture et du patrimoine, du 17 septembre 2011 au 17 janvier 2012. Paris : Cité de l’architecture et du patrimoine, 2011. 140 p., ill. noir et coul.
Dion (Mathilde). “Notices biographiques d’architectes français”. Paris : IFA/Archives d’architecture du XXe siècle, 1991. 2 vol. (rapport dactyl. pour la dir. du Patrimoine)
“Archives d’architecture du XXe s.”. Paris : IFA/Archives d’architecture du XXe siècle ; Liège : Mardaga, 1991 (version inventaire caduque)
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search