Fonds Georges CANDILIS

Référence 236 Ifa
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé CANDILIS Georges (1913-1995)
Dates extrêmes 1955-1978
Nom des principaux producteurs Georges Candilis
Importance matérielle 42 ml de dossiers; 12,5 tiroirs de meubles à plans ; 12,5 ml d’étagères à rouleaux ; 4 boîtes plates ; 15 maquettes.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Le fonds a été donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d’archives de l’Ifa en novembre 1997 par la famille de l’architecte. Un complément a été apporté par Yannis Tsiomis, historien et architecte, ancien collaborateur de Candilis, en avril 2005.
Historique du producteur Georges Candilis (1913-1995) est architecte et ingénieur, diplômé de l’Ecole polytechnique d’Athènes en 1936. Avant guerre, il est architecte au ministère de l’Aviation de la Grèce, assistant (chargé de cours) à l’Ecole polytechnique d’Athènes, professeur à l’Ecole nationale Sivitanivios pour la formation des techniciens du bâtiment.Candilis et Shadrach Woods (1923-1973) se rencontrent en 1946 chez Le Corbusier. Ce dernier leur permet de travailler sur le chantier de l’unité d’habitation de Marseille avant d’élargir leur bureau d’études, l’ATBAT (créé en 1947 à Tanger par Le Corbusier, Vladimir Bodiansky et André Wogenscky), à l’Afrique du Nord.
De 1951 à 1954, l’ATBAT mène un travail approfondi sur les typologies d’habitat.
Constituée en France dès 1955, indépendamment de l’ATBAT, l’équipe de Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods, associés aux ingénieurs-conseils Dony et Henri Piot, poursuit ses réflexions architecturales en remportant, dans le cadre de l’opération Million, le concours Logéco. Ce logement économique normalisé permet aux architectes de prolonger “le bloc au plan masse” et de réaliser la première œuvre urbaine et architecturale récompensée par le ministère de la Construction, en 1959.
L’”unité de voisinage” de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, se présente ainsi comme le manifeste des recherches typologiques normalisées, associées à une composition contextuelle en plan masse, transcrite par la ligne en redan et l’immeuble-tour.
Consacrant l’essentiel de leur activité à la conception de programmes de logements de grande ampleur, les trois architectes développent une problématique mégastructurelle d’essence structuraliste, qui les conduit à prendre des distances, via le groupe Team X, avec le dogmatisme de la Charte d’Athènes.
A la ZUP de Toulouse-le-Mirail (1961-1980) notamment, ces nouveaux principes, en raison peut-être du gigantisme de l’opération (100.000 habitants prévus!), se montrent peu convaincants. Cependant, leur implication active dans les débats internationaux d’après-guerre constitue une exception dans le paysage français de l’époque, et la réflexion qu’ils mènent, précisée à l’occasion du concours international pour l’Université libre de Berlin-Dalhem (gagné en 1963), ont une grande influence sur l’architecture et l’urbanisme français.
L’abandon progressif d’une idée rationnelle et normative de typologies associées à une morphologie urbaine fonctionnelle, au profit du développement des grands ensembles, entraîne les architectes à se retrancher sur des “propositions pour un habitat évolutif” qui donneront lieu, dans les années soixante, à l’élaboration des systèmes en “cluster” et en “stem”, métaphores anglo-saxonnes d’un urbanisme scientifique, séduit par un mode d’organisation biologique de l’habitat.
A partir des années 1970, Candilis est également très présent au Moyen-Orient et notamment en Arabie saoudite (il est conseiller permanent de l’émir cheik Khalifa ben Hamad Al-Thani). Dans ces pays, il exerce comme en France dans les domaines de l’urbanisation, de l’aménagement touristique et du logement.
G. Candilis enseigne également à l’ENSBA (puis à UP6) à partir de 1963 et est membre du comité de rédaction de la revue L’Architecture d’aujourd’hui.
Historique de la conservation Récupéré en urgence à la fermeture de l’agence, le fonds a été pris en charge en 1994 par le Centre Georges-Pompidou, avant d’être transféré à l’Ifa (sauf quelques éléments qui ont intégré les collections du Musée national d’art moderne). La famille a effectué le don au moment du transfert.
Un petit nombre de dossiers, surtout des photographies, ont été conservés dans l’agence de Yannis Tsiomis jusqu’en 2005.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination significative n’a été pratiquée.
Mode de classement Recotation : le conditionnement des pochettes de documents à plat 236 IFA 100 à 199 a été modifié (nov. 2002-jan. 2003) : les pochettes les plus grandes (laissées en tiroirs) sont aujourd’hui numérotées 236 IFA 100 à 166, les plus petites (mises dans des boîtes “A.4”) portent les numéros 236 IFA 200/1 à 203/15. F/64/2 devenu I/64/14.
Cotation et conditionnement du fonds inventorié :
– 236 IFA 001-061 : boîtes de rouleaux de plans ;
– 236 IFA 100-166 : pochettes de doc. graphiques (jusqu’à 90 x 125 cm) ;
– 236 IFA 200-203 : boîtes de petits doc. graphiques (jusqu’à 55 x 65 cm) ;
– 236 IFA 300-522 : boîtes d’écrits ;
– 236 IFA 603-630 : boîtes de photographies (jusqu’à 26 x 37 cm) ;
– 236 IFA 635-646 : boîtes de photographies (jusqu’à 55 x 65 cm) ;
– 236 IFA 710-726 : carnets à dessins ;
– 236 IFA 800-815 : maquettes et panneaux.
Complément 2005 (juste repéré) :
4 caisses de photographies, 1 carton à dessins contenant des dessins sur calque et des tirages photographiques sur papier.
Présentation du contenu – Sélection de documents numérisés représentatifs du fonds
– Chapitre A. Pièces personnelles
– Chapitre B. Pièces professionnelles et gestion de l’agence
– Chapitre C. Documentation professionnelle et projets d’autres architectes
– Chapitre D. Etudes types
– Chapitre E. Extension de la ville de Bagnols-sur-Cèze
– Chapitre F. ZUP de Toulouse-Le Mirail, 1961-1982
– Chapitre G. Aménagement touristique à Barcarès-Leucate, 1962-1976
– Chapitre H. Projets et réalisations au Moyen Orient, 1970-1978
– Chapitre I. Autres projets et réalisations
Documents de même provenance Centre Georges-Pompidou, CCI : une centaine de documents.
Autres sources Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle :
– fonds des Dossiers d’œuvres de la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, 133 IFA, dossier DAU n° 405 (cotes : 133 IFA 52/6, 1006/1) ;
– fonds Georges Candilis (278 AA).
Bibliographie Solopova (Natalya). “TEAM X : Candilis, Josic, Woods”. Paris : Ecole d’architecture de Paris-Belleville-La Villette, 1993 (mémoire de DEA : “Le projet architectural et urbain, théories et dispositifs” ; dir. Yannis Tsiomis et Jean-Louis Cohen).
Lacaille (Samuel). “Bagnols-sur-Cèze : l’unité médiévale et la cité de voisinage : Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods, architectes: extensions et desseins pour le bourg rural de Bagnols-sur-Cèze : 1956-1970”. Paris : Ecole d’architecture de Paris-Belleville, 1999. (mémoire TPFE/dir. Marie-Jeanne Dumont).
Lacaille (Samuel). “Structures pour la villégiature : l’architecture du temps libre de Georges Candilis : 1963-1972”. Ecoles d’architecture de Paris-Belleville, Paris-La Villette, 2002 (mémoire de DEA, dir. Y. Tsiomis et J.-L. Cohen).
“Patrimoines partagés : architectes français au Sud et à l’Est de la Méditerranée : guide de recherches dans les archives de l’Ifa”, Colonnes, n°21, fév. 2003.
“Team 10, 1953-81 : in search of a utopia of the present”. Catalogue d’exposition. Rotterdam : NAI Publishers, 2005. 366 p., ill.
Marez Lopez (Izol Emilia). “Movimiento moderno y los proyectos de las estaciones turísticas de Languedoc-Roussillon : La Grande-Motte y Port Leucate-Barcarès”. Thèse de doctorat en urbanisme sous la dir. de Ricard Pié Ninot soutenue à l’Universidad Politécnica de Cataluña, Barcelone, le 29 février 2012. 303 p., ill. noir et coul.
Solano Rojo (Montserrat). “Contextos habitados. Del Movimiento Moderno al Team 10, evolución de dos proyectos residenciales : Corviale, Toulouse Le Mirail”, thèse de doctorat, université de Grenade / Univesità degli studi Roma Tre, 2012, 432 p. + annexes non paginées, ill. nior et coul.
Gassiot-Talabot (G.), “Candilis, Dony, Josic, Woods”, Cimaise, n° 51, janv.-fév. 1961.
“La place de la maison des jeunes et de la culture parmi les équipements de la vie sociale” [Bagnols], Techniques et architecture, n°3, nov. 1966, p. 76.
“ZUP du Mirail, quartier Belle-Fontaine, Toulouse”, Techniques et architecture, n°3, sept. 1967, p. 116.
“Centre culturel (Toulouse-Mirail, quartier Bellefontaine)”, Techniques et architecture, n°2, mars 1969, p. 106.
“Avant-projet pour deux ports de plaisance (Sainte-Maxime et Deauville)”, Techniques et architecture, n°4, mai 1969, p. 94.
“Station touristique Leucate – Le Barcarès”,
– “Unité touristique Canet-Argelès”, Techniques et architecture, n°2, nov. 1969, p. 88, p. 101.
“La nouvelle école d’architecture de Toulouse : un bâtiment évolutif pour un programme modifiable”, Le Moniteur, 22 août 1970 (avec une présentation par G. Candilis).
Chantiers magazine, n° 32, janv.-fév. 1972 (sur la ZUP de Toulouse-Le Mirail).
“Port Deauville, Deauville”, “Centre culturel du quartier Bellefontaine, à Toulouse-Le Mirail”, Techniques et architecture, n°290, déc. 1972, p. 69, p. 108.
“Georges Candilis au banc d’essai”, La Revue de la construction, n° 2, avril 1973.
“Université libre de Berlin, Berlin, Allemagne”,Techniques et architecture, n° 295, nov. 1973, p. 67.
“Unité pédagogique d’architecture, Toulouse”, Techniques et architecture, n° 298, mai 1974, p. 105.
“Hexacube”, Techniques et architecture, n°299, juin 1974, p. 75.
“Images de la région Lafarge du Sud-Ouest”, Liaison CLF : revue des ciments Lafarge France, n° 4, automne 1975.
“Candilis, Josic, Woods: a decade of architecture and urban design: ein Jahrzehnt Architektur und Stadtplanung : une décennie d’architecture et d’urbanisme”/dir. Jürgen Joedicke. Stuttgart : Karl Krämer, 1978 (anglais, allemand, français).
“Meubles en bois courbé”, Techniques et architecture, n° 331, juil. 1980, p. 124.
“Architectures françaises outre-mer”/dir. M. Culot et J.-M. Thiveaud. Paris : IFA ; Caisse des dépôts et consignations ; Liège : Mardaga, 1992.
“Georges Candilis, 1905-1995”, L’Architecture d’aujourd’hui, n°300, sept. 1995, p. 26.
Cohen (Jean-Louis), Eleb (Monique). “Casablanca: mythes et figures d’une aventure urbaine”. Paris: Hazan, 1998.
Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n°2-3 nov. 1999 (Dossier : “Métiers”).
Dougnac (Sophie). “Bâle : bienvenue dans la capsule !”, L’Est républicain, 7 mai 2012 [cf. bibliothèque, boîte CANGE-Documents divers].
ECRITS DE G. CANDILIS
“Recherche sur l’architecture de loisirs”. Paris : Eyrolles, 1973.
“Bâtir la vie : un architecte témoin de son temps”. Paris : Stock, 1977.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search