Jean-Philippe Lecat

Jean-Philippe Lecat est né à Dijon et décédé en 2011. En 1963, il sort major de la promotion « Saint-Just » de l’ENA et choisit d’entrer au Conseil d’État.

En 1966, il fait partie du cabinet du Premier ministre Georges Pompidou jusqu’à son élection en 1968 comme député de la Côte d’Or. Il est secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement (1972-1973), secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des Finances Valéry Giscard d’Estaing (en mai 1973), puis ministre de l’information et porte-parole du gouvernement (octobre 1973-mai 1974). En septembre 1976, il rejoint l’Élysée comme porte-parole du Président Valéry Giscard d’Estaing.

En mai 1978, il est nommé ministre de la Culture et de la Communication dans le troisième gouvernement de Raymond Barre. Il démissionne en mars 1981 pour participer à la campagne présidentielle de Valéry Giscard d’Estaing ; son cabinet reste en place jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement en mai 1981, Michel d’Ornano assurant l’intérim.Il est le premier à avoir été chargé des portefeuilles de la culture et de la communication.

S’il reste pour beaucoup le ministre de l’« Année du Patrimoine » (1980), son action dans ce domaine s’est manifestée en profondeur avec un élargissement de la notion même de patrimoine : patrimoine industriel, patrimoine ethnographique, patrimoine cultuel, patrimoine photographique, etc. La nouvelle direction du patrimoine est chargée de mettre en œuvre cette politique.

Il a porté une grande attention aux établissements culturels nationaux (Centre Pompidou, Opéra de Paris, Comédie française), considérés comme les sites de référence d’une « politique de l’excellence » destinée à irriguer l’ensemble du territoire. Le grand projet du musée d’Orsay a connu à cette époque des évolutions décisives¹. On sait moins le rôle joué par le ministre dans la naissance d’autres projets notables comme, par exemple, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme. En région, on relève l’ouverture du deuxième Conservatoire national supérieur de musique et de danse à Lyon et du Centre international du vitrail à Chartres. C’est aussi sous son ministère que l’institut international de la marionnette de Charleville-Mézières a vu le jour.

Conseiller d’État en 1988, il a notamment présidé le conseil d’administration de l’École nationale du patrimoine (1990-1999) et celui de l’Académie de France à Rome (1996-1999). Il était aussi le président, depuis sa création en 1987, de la commission interministérielle du Château de Vincennes.

En ce qui concerne sa carrière politique, il a été élu député (UDR) de la circonscription de Beaune, pour la première fois en 1968, réélu en 1973), battu à l’élection partielle organisée en 1974, réélu en 1978. Battu aux élections de juin 1981, il ne s’est plus représenté.


1) Voir l’ouvrage publié en 2016 par le Comité d’histoire Entretiens avec Jean-Philippe Lecat, ministre de la Culture et de la Communication (1978-1981) recueillis et présentés par Françoise Mosser (voir Grands travaux présidentiels p. 119 à 130).