Michel Laclotte

Michel Laclotte, né en 1929 à Saint-Malo et décédé en 2021, est titulaire d’un diplôme d’études supérieures de l’École du Louvre. Il commence sa carrière en 1955 en tant qu’inspecteur à l’Inspection générale des musées de province. En 1966 il est nommé conservateur en chef du département des peintures du musée du Louvre par André Malraux qui remarque son travail pour l’exposition « Le XVIe siècle européen » et le charge de réformer le département.

Michel Laclotte a été inspecteur à l’Inspection générale des musées de province (1955-1966), conservateur en chef du département des peintures du musée du Louvre (1966-1987) et des collections du musée d’Orsay (1978-1986), inspecteur général des musées (1980), directeur du musée du Louvre (1987-1992), président de l’Établissement public du musée du Louvre (1992-1994).

À partir de 1972 Michel Laclotte est intimement mêlé au projet de transformation de la gare d’Orsay dont le ministre des affaires culturelles Jacques Duhamel a décidé la sauvetage. En 1978 l’établissement public du musée d’Orsay chargé d’aménager le musée est créé. Michel Laclotte est nommé conservateur en chef en plus de ses fonctions au musée du Louvre et chargé d’élaborer le programme muséographique. Réfléchissant sur le fonctionnement du futur musée, il s’inspire des musées des États-Unis où il effectue un voyage d’étude. Il remarque alors l’importance de l’accueil, des vestiaires, des restaurants, des librairies, des auditoriums, etc. qui existaient seulement au Centre Pompidou. Avec l’équipe qu’il avait formée, il était chargé de la constitution des collections et de leur acquisition pour créer des sections qui ne seraient pas issues d’un regroupement des œuvres du musée du Jeu de Paume, du musée d’Art moderne et du Louvre. En 1981, il fait retenir au nouveau Président de la République François Mitterrand le nom de « Musée d’Orsay » au lieu de « Musée du XIXe siècle » qui prêtait à des ambiguïtés. Le « Musée d’Orsay » ouvre ses portes en décembre 1986 et Michel Laclotte quitte alors son poste.

En 1987, Michel Laclotte est nommé Directeur du Musée du Louvre dans le contexte d’ouverture du Grand Louvre, inauguré en mars 1988 et décide de s’appuyer sur un collège des conservateurs qui regroupe les responsables des départements du musée. Il défend résolument le choix de la programmation d’Ieoh Ming Pei. Le Louvre devenant établissement public, il en devient, en décembre 1992, le président-directeur, jusqu’en 1994, année où il part à la retraite. Il s’investit ensuite dans le projet de l’Institut national d’histoire de l’art dont il mènera la Mission de la préfiguration (1994-2000) avant de devenir membre du conseil scientifique.

Michel Laclotte fut le commissaire de plusieurs expositions marquantes et a publié de nombreux ouvrages d’histoire de l’art. Il a publié ses mémoires : Histoire de musées, Souvenirs d’un conservateur, Paris, Éditions Scala 2003. Dans les archives orales constituées en 2003 par le Comité d’histoire du ministère de la culture, il s’exprime sur l’histoire du projet du Grand Louvre et sur celle du Musée d’Orsay.

Michel Laclotte a fait l’objet d’un entretien dans « Radioscopie » (France Inter), le 15 octobre 1979 et dans « À voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui » (France Culture), le 23 juillet 1996.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc1 (9 mai 2017). Michel Laclotte. Guides des sources. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p9wv


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search