Françoise Cachin

Petite-fille du peintre néo-impressionniste Paul Signac, et de Marcel Cachin, fondateur du Parti Communiste Français, Françoise Cachin est née en 1936 et décédée en 2011.

Elle a étudié la philosophie et l’histoire de l’art. Elle passe le concours de conservateur du patrimoine en 1967, un an après son ouverture à des candidats extérieurs et en sort major. Elle fait ensuite deux années de stage, à Malmaison, à la maison de Napoléon à Ajaccio, à l’Orangerie et en mai 1968 au département des peintures du Louvre où elle rencontre Michel Laclotte qui en est le directeur.

De 1969 à 1978, elle occupe les fonctions de conservateur au musée d’Art moderne, d’abord au Palais de Tokyo où elle est le commissaire d’une rétrospective Paul Klee en 1969, puis au Centre Georges Pompidou. En 1978, elle rejoint l’équipe de préfiguration du musée d’Orsay alors dirigée par Michel Laclotte qui assure la préparation du musée et elle travaille en tant que conservateur pour s’occuper de la peinture et des acquisitions. Elle prépare en particulier l’exposition Pissaro en 1981. Elle prépare ensuite la rétrospective Manet présentée au Grand Palais en 1983.

Spécialiste de l’impressionnisme et du postimpressionnisme, elle est le premier directeur du musée d’Orsay dès son ouverture en 1986 à 1994. Elle réalise deux expositions qui font date : Gauguin en 1989 et Seurat en 1991. On lui doit le prêt au musée d’Orsay de la collection Barnes en 1993. Elle signe également le catalogue de l’exposition « 1893, l’Europe des peintres » en 1993, et organise la rétrospective Cézanne en 1995-1996 (au Grand Palais) en lien avec le musée de Philadelphie et la National Gallery de Londres. Elle cherche à développer la coopération entre les musées nationaux et les musées des collectivités territoriales, mais également avec les musées étrangers pour favoriser le prêt d’œuvres entre établissements.

En 1994, elle est nommée directeur des musées de France, et soutient Henri Loyrette pour lui succéder à la tête du musée d’Orsay. À partir de 1996, elle gère la crise des tableaux issus de la spoliation nazie que les musées avaient en garde et elle décide d’ouvrir publiquement le débat en organisant des colloques et des conférences. Elle contribue à l’élaboration de la loi musées de 2002. Entre 1994 et 2001, elle inaugure 18 musées neufs ou rénovés sur le territoire français. Elle quitte ses fonctions en 2001 et participe à la fondation de FRAME (French Regional and American Museum Exchange) qu’elle anime jusqu’en 2007. Elle propose également une exposition Signac en 2001 au Grand Palais.

Opposée au projet « Louvre Abou Dabi », elle signe avec Roland Recht et Jean Clair une tribune dans le Monde du 13 décembre 2006, « Les musées ne sont pas à vendre ». Chef de file des opposants au projet, elle est évincée en 2007 de la commission des acquisitions des musées nationaux puis de la présidence de FRAME par le ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres.

Une galerie du Musée d’Orsay, présentant les œuvres de Gauguin, de Van Gogh et des pointillistes, porte aujourd’hui son nom.

Françoise Cachin a fait l’objet d’un entretien dans « Radioscopie » (France Inter), le 4 janvier 1989.



Citer ce billet
chmc1 (2017, 9 mai). Françoise Cachin. Guides des sources. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p9wp

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search