Mission interministérielle de coordination des grandes opérations d’architecture et d’urbanisme. Plans d’architecture de la construction du centre culturel Jean-Marie Tjibaou [Centre Culturel Tjibaou]

Référence FR AN 20210564/
Intitulé Plans d’architecture de la construction du centre culturel Jean-Marie Tjibaou
Dates extrêmes 1991-1992
Niveau de description fonds
Importance matérielle 10 plans d’architecture
Nom du producteur Mission interministérielle de coordination des grandes opérations d’architecture et d’urbanisme
Historique de la conservation Le fonds est conservé aux Archives nationales
Présentation du contenu La maîtrise d’ouvrage de la construction du centre culturel Jean-Marie Tjibaou a été confiée à la Mission interministérielle de coordination des grandes opérations d’architecture et d’urbanisme (dite Mission interministérielle des Grands Travaux), devenue en 1998 Établissement public de maîtrise d’ouvrage des travaux culturels. Suite aux événements qui ont endeuillé la Nouvelle-Calédonie, en 1984 puis en mai 1988, les différentes communautés concernées ont signé les accords de paix de Matignon et le projet d’un centre d’expression de la culture kanak a été décidé dans le cadre de ces accords. Devenu centre culturel Jean-Marie Tjibaou, après l’assassinat de ce dernier survenu le 4 mai 1989, un concours international a été lancé par le Président de la République française et l’Agence pour le développement de la culture kanak dirigée par Marie-Claude Tjibaou, présidente, et son directeur Octave Togna. C’est l’architecte italien Renzo Piano qui est sélectionné en 1991. Le centre culturel est distribué à partir d’une épine dorsale, « allée » située sur la ligne de crête, à la manière des hameaux traditionnels, qui assure la cohérence du projet. Les bâtiments se distribuent sans symétrie particulière, en trois grappes de constructions, séparées les unes des autres par des aires de jardins. Les trois villages constituent des îlots fonctionnels avec pour chacun d’entre eux l’association de volumes bas tournés vers la lagune et de volumes hauts, exposés aux alizés :
– L’esplanade d’entrée au centre se déploie au terme d’un parcours piétonnier traversant des jardins, premiers contacts du visiteur avec la végétation kanak.
– Le village 1 donne accès à des cases d’expositions, une cafétéria, et aux salles de spectacles, l’une de 403 places à l’intérieur et l’autre d’environ 1000 places à l’extérieur, les deux complétées par un studio musique avec des facilités par les montages vidéos et son.
– L’allée distribue ensuite le village 2, composé d’un espace exposition temporaire, d’espaces administratifs et salles de réunion, et de trois cases de lecture et consultation bibliothèque et vidéothèque.
– Le village 3 est consacré à la pédagogie, aux débats et à l’administration.
– Les derniers espaces sont constitués par l’ensemble restaurant, hébergement, logement du gardien, et les ateliers de plein air. Cependant, afin d’éviter toute similitude d’image avec le centre, les bâtiments ne sont pas rayonnants.
Maîtrise d’ouvrage : ministère de la Culture, Mission interministérielle des Grands Travaux.
Architecte mandataire : Renzo Piano.
Instruments de recherche Répertoire numérique réalisé en 2021 :
https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/IR/FRAN_IR_060729

 

[voir les autres fonds sur le Centre culturel Tjibaou]
[sommaire]



Citer ce billet
Comité d'histoire (2023, 5 décembre). Mission interministérielle de coordination des grandes opérations d’architecture et d’urbanisme. Plans d’architecture de la construction du centre culturel Jean-Marie Tjibaou [Centre Culturel Tjibaou]. Guides des sources. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pcqa

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search