Chronologie sur le Centre des archives du monde du travail à Roubaix

1949

Charles Braibant, directeur des Archives de France, décide de la création d’une Section des archives privés et économiques et du microfilm au sein des Archives nationales. Cette étape est accompagnée par la constitution d’un comité de sauvegarde des archives économiques formé de hauts fonctionnaires et de personnalités éminentes dans le domaine industriel et commercial ainsi que dans celui de la recherche pour sensibiliser les entreprises à la conservation de leurs archives et favoriser les dons ou dépôts auprès des services d’archives publics. Une enquête nationale est menée par les archivistes départementaux pour recenser les fonds d’archives économiques existant dans leur département.

1973

L’enquête est renouvelée pour préparer le Congrès national des archivistes tenu à Paris sur le thème des « archives privées et économiques »

3 janvier 1979

Loi sur les Archives qui élargit le champ des archives publiques du secteur économique, en y incluant les documents qui procèdent de l’activité des entreprises publiques ou d ‘économie mixte et des établissements publics, ainsi que de l’activité des organismes de droit privé chargés e la gestion de services publics ou d’une mission de service public.

1980

Publication par les Archives nationales d’un guide pratique d’organisation des archives d’entreprises.

1980 – 1981

Travaux d’une commission des archives industrielles

Janvier 1983

Mise en place de la cellule « Patrimoine industriel » dans les services de l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France.

21 septembre 1983

Communication de Jack Lang au Conseil des ministres sur les archives du monde du travail.

Le conseil des ministres décide de créer un premier Centre des archives du monde du travail à vocation interrégionale et de lancer une enquête nationale, menée par la Direction des Archives de France, pour recenser les archives d’intérêt national encore conservées par les entreprises.

27 avril 1984

La Région Nord-Pas-de-Calais est choisie comme lieu d’implantation du premier Centre des archives du monde du travail, en raison de la richesse de son passé industriel et des nombreuses initiatives déjà prises en faveur du patrimoine industriel (colloque « Le patrimoine industriel : stratégie pour un avenir », en 1979 enquête sur les archives d’entreprises confiée, dès 1982, par la Région aux Archives départementales du Nord, etc.).

Le projet de construction d’un Centre des Archives du Monde du Travail est inscrit au contrat de plan État-Région, selon lequel la Région Nord-Pas-de-Calais s’engage à participer aux investissements à hauteur de 25 % du budget initial.

La ville de Roubaix, sur le point de racheter les bâtiments, offre d’en céder gracieusement une partie à l’État.

Décembre 1984

L’usine Motte-Bossut de Roubaix, ancienne filature de coton inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1978 et désaffectée depuis 1981, est choisie pour accueillir le Centre des archives du monde du travail.

Février 1985

L’appel à candidatures pour la consultation de concepteurs est lancé.

38 dossiers sont déposés. Le 3 mai 1985, 6 équipes d’architectes sont retenues pour poursuivre la compétition.

3 mai 1985

6 équipes d’architectes sont retenus pour poursuivre la compétition

30 juillet 1985

Remise des esquisses par les équipes concurrentes.

3 septembre 1985

Le jury du concours retient le projet du cabinet SAREA et l’architecte Alain Sarfati.

Février 1986

Le Centre des archives du monde du travail commence à fonctionner en préfiguration et la collecte d’archives est engagée. Leur conservation est assurée dans les locaux provisoires à Lille.

25 février 1986

Remise de l’Avant-projet sommaire (définition technique et architecturale du projet avec estimation des coûts et des délais).

24 octobre 1986

Remise de l’Avant-projet détaillé.

16 décembre 1986

Le Ministère de la Culture et la Direction des Archives de France décident de passer une convention de mandat avec la S.A.E.N. (Société d’Aménagement et d‘Équipement du Nord) pour assurer la maîtrise d’ouvrage déléguée en collaboration avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles.

6 avril 1987

Le premier appel d’offre est déclaré infructueux. Le projet est remanié en conséquence.

20 juillet 1988

Le deuxième appel d’offre est déclaré fructueux et les marchés sont alors passés avec les entreprises retenues.

Mars 1989

Début des travaux de réhabilitation sous la direction de l’architecte Alain Sarfati

Les façades protégées au titre des Monuments historiques sont respectées. L’aile est complètement évidée pour permettre la construction d’une structure en béton de huit étages capable de supporter de très fortes charges au sol.

Janvier 1993

Emménagement des collections et de l’équipe dans les nouveaux locaux

Printemps 1993

Achèvement des travaux de réhabilitation de l’usine

5 octobre 1993

Jacques Toubon, ministre de la Culture et de la Francophonie inaugure le centre et l’ouverture de la salle de lecture au public de chercheurs.

1994

La Direction des Archives de France confie un rôle de coordination nationale au Centre des archives du monde du travail et il est décidé l’année suivante de transférer les séries AQ et AS, auparavant conservées à Paris, à Roubaix qui devient l’unique établissement dédié aux fonds économiques et sociaux en France.

24 décembre 2006

Par arrêté, le CAMT devient à compter du 1er janvier 2007, service à compétence nationale dénommé « Archives nationales du monde du travail » situé à Roubaix et rattaché au directeur des Archives de France.

[sommaire]