Mission interministérielle de coordination des grandes opérations dite « mission des grands travaux ». Photographies du chantier de la Maison des Enfants d’Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés d’Izieu [Maison des enfants d’Izieu]

Référence FRAN 20200158/
Intitulé Photographies du chantier de la Maison des Enfants d’Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés d’Izieu
Dates extrêmes 1992-1994
Niveau de description fonds
Nom du producteur Mission interministérielle de coordination des grandes opérations dite « mission des grands travaux ».
Historique de la conservation Le fonds est conservé aux Archives nationales
Présentation du contenu L’ensemble des grands travaux, dont la Maison des Enfants d’Izieu, a été l’objet d’une politique de commandes de reportages photographiques afin de constituer une mémoire photographique des Ggands travaux
Le musée-mémorial des enfants juifs exterminés d’Izieu est à la fois le lieu de l’arrestation des enfants d’Izieu et de leurs éducateurs, le 6 avril 1944, un mémorial dédié à leurs mémoires et un musée consacré à la seconde guerre mondiale.
Le 8 mars 1988, au lendemain du procès Barbie, une association se constitue autour de Sabine Zlatin et Pierre-Marcel Wiltzer pour la création du « Musée-mémorial d’Izieu ». L’objectif est de se porter acquéreur de la Maison d’Izieu pour ensuite y créer un mémorial à la mémoire des enfants.
Grâce à une souscription nationale, l’association achète en juillet 1990 la maison qui avait accueilli la colonie. Un comité scientifique regroupant des personnalités scientifiques et institutionnelles reconnues est créé afin de transformer la maison en un lieu de mémoire vivant, ouvert à tous. L’historienne Anne Grynberg est chargée de la conception du projet muséographique.
En 1992, François Mitterrand, Président de la République, sensibilisé par différentes personnes concernées ou touchées par cette histoire, inscrit ce projet au programme des Grands Travaux. L’État se saisit ainsi de cette mémoire.
Par décret présidentiel du 3 février 1993, la Maison d’Izieu est désignée par la République comme l’un des trois lieux de la mémoire nationale où sont organisées des cérémonies officielles lors de la « journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité du « gouvernement de l’État français » (1940-1944). La mémoire de la rafle d’Izieu fait désormais partie de la mémoire de la République. Le 24 avril 1994, le Président de la République inaugure le « Musée-mémorial des enfants d’Izieu », qui deviendra en 2000 « Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés ». La Maison des enfants d’Izieu fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 26 mars 1993. Cette inscription inclut la maison et ses deux bâtiments annexes.
Maîtrise d’ouvrage : Mission interministérielle des Grands Travaux.
Maîtres d’œuvre : Marc Aubry et François Guiguet
Muséographie : Anne Grynberg.
L’OPPIC a versé aux Archives Nationales l’ensemble de son fonds argentique afin de le préserver et le rendre accessible aux chercheurs.
La Mission des grands travaux étant maître d’ouvrage de cette opération financée dans sa totalité par le fonds spécial des Grands Travaux de l’État, a fait réaliser le suivi photographique du chantier de l’état des lieux du site avant les travaux jusqu’à son inauguration.
Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon sous le commandement de Klaus Barbie, a arrêté les 44 enfants qui avaient trouvé refuge dans la maison des enfants d’Izieu et leurs 7 éducateurs, parce qu’ils étaient juifs. Parmi les personnes présentes, une seule a pu s’échapper. 42 enfants et 5 adultes ont été gazés dans le camp d’Auschwitz-Birkenau. Deux adolescents et le directeur ont été fusillés en Estonie. Il y eut une unique survivante.
La maison fut leur lieu de vie pendant près d’un an. Leurs dessins et leurs lettres, conservés par la directrice, Madame Sabine Zlatin, sont exposés dans le réfectoire.
Plusieurs pupitres ont été réinstallés dans la salle de classe. Le rôle des éducateurs est également rappelé.
Dans les dortoirs, figure le portrait de chaque enfant, pour ne pas oublier que c’est 44 fois un destin singulier qui a été brisé.
La grange accueille la présentation du contexte historique. L’itinéraire des enfants est retracé et au-delà, celui des 11000 enfants déportés et de tous ceux qui furent massacrés à travers l’Europe occupée. Une salle est consacrée à la notion de « crime contre l’humanité », des extraits du procès Barbie relatifs à Izieu sont projetés.
Le 3e bâtiment, la magnanerie accueille les locaux de l’administration.
Une extension du musée a été inaugurée le 6 avril 2015 par le Président de la République François Hollande.
Les photographies présentes dans ce versement couvrent uniquement la période 1992-1994.
Les articles 1 à 3 sont les originaux des photographies. Les articles 4 à 6 sont les planches-contacts et des tirages papier issus de ces reportages.
Instruments de recherche Répertoire numérique réalisé en 2020 :
https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_059218

 

[voir les autres fonds sur la Maison des enfants d’Izieu]
[sommaire]



Citer ce billet
Comité d'histoire (2023, 25 octobre). Mission interministérielle de coordination des grandes opérations dite « mission des grands travaux ». Photographies du chantier de la Maison des Enfants d’Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés d’Izieu [Maison des enfants d’Izieu]. Guides des sources. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pcmt

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search