Les Grands Travaux culturels

Par Thomas Hélie,
Maître de conférences en science politique – Université de Reims (CRDT)
Chercheur associé à Sciences Po Toulouse (LaSSP)

Les grands travaux culturels constituent un répertoire d’intervention publique singulier, par lequel certains présidents de la Vème République ont symboliquement marqué leurs mandats, tout en modifiant en profondeur les frontières des politiques culturelles. Depuis la genèse du Centre Pompidou, ce répertoire repose sur un ensemble de propriétés spécifiques, dont le rappel constitue un préalable essentiel afin de développer les recherches sur ces opérations culturelles.

 

Les grands travaux culturels : un répertoire d’intervention publique singulier

Parmi les définitions des grands travaux, celle que propose Maryvonne de Saint Pulgent, ancienne directrice du Patrimoine, dans son ouvrage Le Syndrome de l’Opéra, retient trois éléments principaux : « un bâtiment dont l’architecture doit témoigner de la prééminence de la France dans cet art ; une institution culturelle également exemplaire et à vocation internationale ; et enfin la marque personnelle du chef de l’Etat qui inscrit dans la pierre, tel Pharaon dans l’Ancienne Egypte, le cartouche de son règne » (de Saint Pulgent, 1991, p. 207) ; à ces premiers éléments de définition, peut être ajoutée – en dépit de certains effets d’entraînement et de rééquilibrages territoriaux récents – la localisation majoritairement parisienne des grands travaux culturels.

Sur un plan opérationnel, trois autres caractéristiques doivent être mentionnées, qui illustrent les spécificités de ces opérations en matière d’action publique : les grands travaux culturels reposent d’abord sur une logique d’administration de mission, incarnée par la création d’établissements publics constructeurs qui confère à leurs présidents, du fait de la légitimité qu’ils tiennent du chef de l’Etat, une autonomie substantielle par rapport à leurs ministères de tutelle ; le rythme soutenu d’exécution des grands travaux, ensuite, par lequel les présidents de la République s’imposent comme de véritables « maître des horloges » : les discours des protagonistes des projets portent d’ailleurs la marque de cette pression temporelle permanente, qui les amène à « pousser les feux », à « doubler les étapes » ou – pour reprendre une formule suggestive du haut fonctionnaire Emile Biasini – à tenir « le compte de l’irréversibilité ». Les grands travaux reposent, enfin, sur un mode de financement atypique, qui se caractérise par la détermination d’enveloppes indépendantes du budget ordinaire des ministères et révèle, en creux, le pouvoir présidentiel d’émission de « droits de tirage budgétaire » (Benhamou, 1993).

A ces différentes caractéristiques, il convient d’ajouter le fait que les grands projets culturels font l’objet de polémiques nombreuses, fréquemment fondées sur la dénonciation du « fait du Prince », ou de la nature dispendieuse des opérations. De manière plus profonde, ces polémiques révèlent des luttes récurrentes entre logiques « modernistes » et « patrimoniales », comme en attestent les critiques qui accompagnent l’émergence du Centre Pompidou, ou les tensions qui opposent les tenants de l’Opéra Garnier et de la « Bibliothèque nationale-bis », aux promoteurs d’un « Opéra populaire » à la Bastille et d’une « bibliothèque d’un genre entièrement nouveau ». Les foyers de départ de ces polémiques peuvent être divers, mais ils prennent généralement forme autour de questions relatives au contenant (parti architectural) et/ou au contenu (programme culturel) des grands projets : à titre d’exemple, le Grand Louvre sera surtout attaqué sur le premier, comme en témoigne « l’affaire de la Pyramide », alors que le musée du quai Branly-Jacques Chirac se verra plutôt contesté sur le second ; la Bibliothèque François Mitterrand sera confrontée à de vives critiques sur les deux tableaux.

Au-delà de ces propriétés communes, le répertoire des grands travaux culturels a fait l’objet, sous la Vème République, d’investissements présidentiels différenciés, que l’on peut restituer à grands traits :

  • Les mandats de Georges Pompidou (1969-1974) et de Jacques Chirac (1995-2007), en dépit de leurs divergences profondes, se ressemblent sous l’angle de la production des grands projets culturels. Dans les deux cas, en effet, ils donnent lieu à la création d’opérations uniques, qui transforment en profondeur les secteurs d’intervention culturelle dont ils relèvent. Le Centre Pompidou (Fleury, 2007) – qui doit très largement son achèvement à l’engagement de Jacques Chirac – constitue un véritable projet « matriciel » (de Saint Pulgent, 1991), un lieu de formation de nombreux hauts fonctionnaires, ingénieurs et responsables culturels (Mollard, 1977), dans le cadre duquel se forge le mode opératoire des futurs grands travaux. Le musée du quai Branly-Jacques Chirac, réalisé par Jean Nouvel, produit pour sa part une profonde rupture dans le monde des musées, en procédant à une opération de légitimation esthétique des « arts premiers », aux dépens d’une approche ethnologique portée par d’autres institutions, au premier rang desquelles figure le musée de l’Homme. Les grands projets culturels pompidolien et chiraquien cultivent par ailleurs un certain nombre de singularités, tant sur le plan du statut juridique que de celui de la gestion.
  • Les deux mandats de François Mitterrand (1981-1988 et 1988-1995) révèlent l’extension considérable du répertoire des grands travaux, qui se coule dans une politique plus générale d’architecture et d’urbanisme, sur fond de montée en puissance du ministère de la Culture. Le changement d’échelle est clairement visible dans le cadre du premier programme de grands travaux, présenté en mars 1982 après une conférence de presse de septembre 1981 qui avait annoncé, de manière inattendue, la réalisation du Grand Louvre et le déménagement du ministère des Finances de la rue de Rivoli. Nombreuses sont les opérations d’envergure poursuivies (Institut du monde arabe, musées d’Orsay et de la Villette) ou engagées (Opéra Bastille, Cité de la Musique, Arche de la Défense, etc.) au cours du premier septennat, sur la base d’un pilotage assez informel autour d’un cabinet parallèle (le « Groupe des Quatre » composé de Paul Guimard, Jack Lang, Robert Lion et Roger Quilliot) et d’une mission de coordination, dirigée par Yves Dauge et Jean-Louis Subileau, ancien membre de l’Atelier parisien d’urbanisme). Le second programme de grands travaux, qui prend forme dès la réélection de François Mitterrand au mois de mai 1988, fait l’objet d’une plus forte institutionnalisation, avec la création d’un secrétariat d’Etat spécifique, confié à Emile Biasini ; une telle institutionnalisation s’explique par la volonté de François Mitterrand de relancer les opérations du premier programme déstabilisées par la première cohabitation, mais également d’engager de nouveaux projets, parmi lesquelles la Bibliothèque nationale de France et la rénovation des musées de l’Education nationale. Dans le cadre des deux programmes, apparaissent également des financements dévolus aux « grands projets en province », qui donnent lieu à une vive lutte de périmètre entre le ministère de la Culture et le secrétariat d’Etat aux Grands travaux ; une trentaine d’opérations seront ainsi réalisées, parmi lesquelles le Centre national de la Bande dessinée à Angoulême, le site archéologique de Bibracte ou encore la Maison du son et de l’image à Villeurbanne…
  • Par contraste avec les années Mitterrand, le répertoire des grands travaux culturels apparaît « muet » sous le mandat du général de Gaulle (1959-1969), ou « mis en sourdine » sous les mandats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande (2007-2017). Un tel constat ne signifie pas, pour autant, l’inexistence de projets culturels – musée du XXème siècle de Le Corbusier, maison de l’Histoire de France, Site des Archives à Pierrefitte-sur-Seine, Mucem… –, mais l’absence ou la faiblesse de portage présidentiel conduisent à une émergence aléatoire ou à une mise en œuvre très progressive. Surtout, les mandats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande attestent d’une transformation des modes de production des équipements culturels, qui se réorientent vers des logiques de « soft power » culturel, d’internationalisation de « marques muséales » et de développement économique territorial par la culture, comme l’illustrent les exemples du Louvre Abou Dhabi (Kazerouni, 2017), du Centre Pompidou Malaga (Peyre, 2020), du Centre Pompidou-Metz (Hélie, 2017) et du Mucem (Maisetti, 2014).
  • D’autres mandats présidentiels reposent sur une logique intermédiaire, comme si les présidents de la République restaient « au milieu du gué », programmant des grands projets culturels sans toujours dégager les moyens nécessaires à leur ambition. Le mandat de Valéry Giscard d’Estaing apparaît éloquent sur ce plan : trois grands projets importants sont programmés (l’Institut du Monde Arabe, le musée d’Orsay, et le musée des Sciences et techniques de la Villette) qui, faute de se couler pleinement dans le répertoire des grands travaux – notamment sur le plan financier – ne trouveront leur achèvement qu’au cours du mandat présidentiel suivant (Hélie, 2021). Le quinquennat d’Emmanuel Macron est pour sa part marqué par une réactivation du répertoire des grands projets culturels, selon une logique très patrimoniale, comme l’illustrent les opérations de restauration du château de Villers-Cotterêts (rare grand projet présidentiel implanté hors de Paris) et de Notre-Dame de Paris, à la suite de l’incendie du 15 avril 2019. Dans ces opérations, se retrouvent certains traits des grands travaux « classiques », tout particulièrement pour ce qui concerne Notre-Dame, avec la création d’un établissement public dédié et la fixation d’une durée de cinq ans pour la réouverture de la cathédrale. Un certain nombre de conditions manquantes apparaissent cependant, singulièrement au niveau des financements publics, qui ne sont pas véritablement sécurisés en amont des projets, mais plutôt compensés par la dynamique inédite de mécénat à la suite de l’incendie de Notre-Dame de Paris, ou consolidés par le plan de relance, pour ce qui concerne le château de Villers-Cotterêts.

 

Les grands travaux culturels comme objets de recherche

Les grands travaux ont fait l’objet d’une littérature abondante : ouvrages biographiques (Biasini, 1995 ; Lang, 2010 ; Dauge, 2020) ; études portant sur les enjeux architecturaux, urbanistiques et techniques (Chaslin, 1985 ; Jenger, 1987) ; analyses décisionnelles (de Saint Pulgent, 1991 ; Urfalino, 1994 ; Eling, 1999 ; Ory, 2001 ; Collard, 2008 ; Hélie, 2017 et 2021), symboliques (Boulbina, 2007 ; Martigny, 2016) ou ethnologique (Bensa, 2000) ; films et émissions radiophoniques, croisant les regards des témoins et des chercheurs (Delais, 2011 ; De Saint Pulgent dir., 2013) ; « roman documentaire », expérimenté à partir du cas de l’Arche de la Défense (Cossé, 2016)…

L’analyse comparée des différents grands travaux, notamment par le croisement des sources documentaires, demeure cependant à faire, qui pourrait s’inspirer de programmes de recherche antérieurs portés par le Comité d’histoire du ministère de la Culture (tel celui piloté par l’historien Loïc Vadelorge (2005) sur la réalisation des villes nouvelles, dont certains responsables des grands projets culturels sont eux-mêmes issus). Les lignes qui suivent ne visent qu’à proposer quelques pistes de réflexion et jalons de recherche dans cette direction.

Décisions et politiques culturelles 

  • Les grands travaux culturels pourraient faire l’objet de monographies permettant de mieux comprendre, par comparaison, l’organisation et le rôle des maîtres d’ouvrage (établissements publics constructeurs), l’influence de leurs tutelles ministérielles, des Finances et de Matignon, ainsi que le degré d’investissement présidentiel (et de son entourage) dans les différents projets.
  • Sur un plan plus spécifiquement culturel, il serait intéressant de mettre en évidence, de manière comparée là encore, le rôle conféré aux utilisateurs (conservateurs de musée, de bibliothèques, musiciens, etc.) dans l’élaboration des programmes des futurs équipements culturels, et la manière dont les grands travaux sont susceptibles de transformer les pratiques et les métiers des professionnels qui en assurent le fonctionnement ; une réflexion pourrait également être menée sur les logiques d’insertion de ces équipements dans les politiques sectorielles dont ils relèvent (ainsi que sur les effets d’entraînement des grands travaux sur d’autres politiques culturelles : fouilles archéologiques, effets du 1% artistique, etc.)

Ingénierie, architecture et urbanisme

  • Une étude sociographique et par entretiens auprès des responsables des opérations (établissements publics, mission de coordination puis secrétariat d’Etat aux grands travaux, etc.) pourrait mettre en lumière d’éventuelles régularités au niveau des trajectoires professionnelles, mais également de cerner les effets d’apprentissage progressifs, au fur et à mesure de la réalisation des grands projets. Plus généralement, ces approches transversales permettraient de comprendre – de la réalisation du Centre Pompidou à la création de l’OPPIC, en passant par la mission de coordination des grands travaux – les logiques d’émergence d’une expertise et d’une ingénierie culturelle (Mollard, 2020) spécifiques aux grands travaux.
  • Dans le même sens, une étude systématique du rôle conféré aux maîtres d’œuvre dans le cadre de ces opérations permettrait de s’interroger sur ce que les grands travaux font à la politique architecturale (Lengereau, 2018), offrant ainsi des perspectives de réflexion de long terme, notamment sur le statut de la maîtrise d’œuvre dans la période contemporaine (Dauge, 2020, p. 101-103)
  • Les interactions des grands travaux avec les enjeux urbanistiques mériteraient également une étude comparée, tout particulièrement à partir des archives de la ville de Paris et de l’APUR, mais également des autres terrains locaux d’implantation des grands projets, ce qui implique des variations d’échelles.

Variations d’échelles

  • Souvent évoquée – et parfois repérable dans les courriers de certains élus locaux –, la thèse des effets d’entraînement des grands travaux parisiens sur l’ensemble du territoire mériterait d’être mieux documentée, en distinguant notamment les dépenses d’investissement et de fonctionnement. Là encore, ces analyses devraient replacer les opérations culturelles dans le cadre plus général des politiques d’architecture et d’urbanisme, et de l’élargissement du périmètre des politiques culturelles dont ces équipements ont été les vecteurs (Bande dessinée à Angoulême, Photographie à Arles, Centre des arts culinaires à Ecully, etc) ; elles pourraient également revenir de manière documentée, au-delà de la seule métropole, sur les opérations – rares mais originales – réalisées Outre-mer (Centre Jean-Marie Tjibaou de Nouméa, en Nouvelle Calédonie, musée agricole et industriel de Saint Leu, à La Réunion…).
  • Dans le sillage des travaux de Vincent Martigny (2016), une étude plus spécifique pourrait être menée sur la manière dont les grands projets et leur ingénierie sont promus sur un plan international, en revenant notamment sur le rôle des expositions de la Mission de coordination (sur ce point, voir Dauge 2020, p. 105-108).

Appropriations

  • Les études sur les grands travaux pourraient enfin revenir sur la manière dont la question du public est appréhendée, de la conception des opérations à leur mise en route, en s’intéressant notamment au rôle dévolu aux professions de la médiation culturelle, aux observatoires des publics, aux modalités de conquête du public hors de l’institution. De manière générale, les grands travaux culturels sont très largement conçus comme des vecteurs de démocratisation culturelle et d’élargissement des publics (alors même que leur création peut commencer, comme l’a montré le cas de Beaubourg, par générer des effets de gentrification (Clerval, 2016) ; un questionnement sur ce point permettrait de revenir sur la manière dont ces projets conçoivent la réalisation concrète de l’objectif d’élargissement des publics, en effectuant des comparaisons transversales à partir des travaux menés au niveau de chaque établissement.

 

Sources :

Françoise Benhamou, « Quelques réflexions sur la décision publique concernant les grands projets culturels. Pourquoi les grands travaux doivent-ils toujours coûter trop cher ? », Actes de la 2ème Conférence pour le management des arts et de la culture, HEC, Paris, Juin 1993.
Alban Bensa, Ethnologie et architecture. Le Centre culturel Jean-Marie Tjibaou, une réalisation de Renzo Piano, Paris, Adam Biro, 2000.
Emile Biasini, Grands travaux de l’Afrique au Louvre, Paris, Odile Jacob, 1995.
Seloua Boulbina, Grands travaux à Paris : 1981-1995, Paris, La Dispute, 2007.
François Chaslin, Les Paris de François Mitterrand, Paris, Folio, 1985.
Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, La découverte, 2016.
Susan Collard, « The architecture of power : François Mitterrand’s grands travaux revisited », International Journal of Cultural Policy, 14, (2), 2008.
Laurence Cossé, La Grande Arche, Gallimard, 2016.
Yves Dauge, Les soutiers des grands projets. L’ambition culturelle du président François Mitterrand, Paris, L’Harmattan, 2020.
Bertrand Delais, Ma grandeur de la France, Documentaire 52’, produit par Label image et INA, 2011.
Maryvonne de Saint Pulgent (dir.), Jack Lang, batailles pour la culture. Dix ans de politiques culturelles, Paris, La Documentation française/France Culture, 2013.
Maryvonne de Saint Pulgent, Le syndrome de l’Opéra, Paris, Robert Laffont, 1991.
Kim Eling, « The Cité de la Musique », in Kim Eling, The Politics of Cultural Policy in France, Palgrave-Macmillan, 1999.
Laurent Fleury, Le cas Beaubourg. Mécénat D’État et démocratisation de la culture, Paris, Armand Colin, 2007.
Jean Jenger, Orsay, de la gare au musée. Histoire d’un grand projet, Paris-Milan, Electa moniteur, 1987.
Thomas Hélie, « L’architecture des décisions. Un Président-bâtisseur dans le tournant de la rigueur », Gouvernement et action publique, 2017, vol. 2, n° 2, p. 7-35.
Thomas Hélie, « Des Etats dans l’Etat culturel ? La reconfiguration des politiques culturelles par la décentralisation des établissements publics nationaux », dans Dubois Vincent, Le politique, l’artiste et le gestionnaire. (Re)configurations locales et (dé)politisation de la culture, Editions du Croquant, 2017, p. 205-226.
Thomas Hélie, Notices : « Budget », « Grands travaux », « Grand Louvre », « Bibliothèque nationale de France », « Musée d’Orsay », « Institut du monde arabe », « Parc de la Villette et Cité de la Musique », « Emile Biasini », « Christian Dupavillon », dans Vincent Martigny, Laurent Martin, Emmanuel Wallon (dir.), Les Années Lang. Dictionnaire critique de politique culturelle, 1981-1993, La documentation française, 2021.
Jack Lang, Les batailles du Grand Louvre, Réunion des musées nationaux, 2010.
Eric Lengereau, Architecture, urbanisme et pratiques d’État, CHMC-La documentation française, 2018.
Alexandre Kazerouni, Le miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Presses universitaires de France, 2017.
Nicolas Maisetti, Opération culturelle et pouvoirs urbains. Instrumentalisation économique de la culture et luttes autour de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture 2013, Paris, L’Harmattan, 2014.
Vincent Martigny, Dire la France. Culture(s) et identités nationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2016.
Laurent Martin, Jack Lang. Une vie entre culture et politique, Paris, Éditions Complexe, 2008.
Claude Mollard, L’enjeu du Centre Georges Pompidou, Paris, 10/18, 1977.
Claude Mollard, L’ingénierie culturelle, Paris, PUF, 2000.
Pascal Ory, « La décision en politique culturelle : l’exemple de la présidence Mitterrand », dans Serge Berstein et al., François Mitterrand, les années du changement (1981-1984), Paris, Perrin, 2001, p. 818-838.
Nicolas Peyre, « La mondialisation des marques muséales et la diplomatie d’influence. Le Centre Pompidou Malaga », Culture et musées, 36, 2020.
Philippe Urfalino, « Décision, actions et jeux. Le cas des Grands Travaux parisiens, Villes en parallèle, 1994, n° 20-21, p. 3-26.
Loïc Vadelorge (dir.), L’action culturelle dans les villes nouvelles, Paris, La documentation française-Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2005.



Citer ce billet
chmc2 (2021, 27 avril). Les Grands Travaux culturels. Guides des sources. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pcme

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search