Présidence de François Mitterrand. Archives de Laure Adler [HEnsA20]

Référence AG/5(4)/LA/11
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé Présidence de la République. François Mitterrand. Archives de Laure Adler
Dates extrêmes 1990-1992
Nom des principaux producteurs Laure Adler
Importance matérielle 1 article
Langue des documents français
Historique de la conservation
Archives nationales
Localisation physique Archives nationales
59, rue Guynemer
93383 Pierrefitte Cedex
Modalités d’entrée Versement
Historique du producteur Laure Adler, née Laure Clauzet le 11 mars 1950 à Caen, est une journaliste, écrivaine, éditrice et productrice française. Fille d’un ingénieur agronome, Laure Clauzet grandit en Côte-d’Ivoire à Abidjan jusqu’à ses 17 ans et passe son baccalauréat en France. Elle rentre en France en 1967. En 1968, elle rencontre l’ethnologue Fred Adler qui devient son premier mari et dont elle gardera le nom pour sa vie publique. Elle est mariée au producteur de France Culture, Alain Veinstein. Elle a perdu un enfant, sujet auquel elle consacre un livre chez Gallimard, sur le travail de deuil. Après avoir obtenu une maîtrise de philosophie et un doctorat en histoire en soutenant une thèse d’histoire consacrée aux féministes du XIXe siècle, elle entre à la chaîne de radio publique France Culture en 1974. Elle participe régulièrement à l’émission de Michel Polac, Droit de réponse, entre 1981 et 1987. En 1989, François Mitterrand l’appelle comme conseillère à la culture. Elle aborde la télévision en 1993 en reprenant pour France 2 l’émission nocturne de débats culturels créée par Michel Field, Le Cercle de minuit, pendant quatre ans ; puis sur Arte avec l’émission mensuelle d’entretiens Permis de penser. À partir de 1995, elle est membre du jury du prix de l’écrit intime. En 1997, après avoir collaboré avec les éditions Payot, Denoël et Plon, elle intègre la maison Grasset, en tant que responsable des essais et documents. En 1998, Laure Adler publie une biographie de Marguerite Duras. Alain Vircondelet dénonce alors une « escroquerie intellectuelle » et l’accuse d’avoir « cannibalisé » son travail ainsi que celui d’autres écrivains ou journalistes comme Christine Blot-Labarrère sans références ou citations. Bien que les accusations de Vircondelet fussent totalement ignorées, ces références et citations seront rétablies par Gallimard à partir de l’édition de poche. La même année, elle devient directrice de la collection « Partage du savoir », aux Presses universitaires de France. En janvier 1999, elle est nommée directrice de France Culture, poste dont David Kessler a pris la succession en septembre 2005. Au cours de cette période, elle remanie en profondeur l’image et la programmation de la chaîne, choix contestés par des associations d’auditeurs et certains des journalistes et producteurs de la chaîne. Durant ces années 1999-2005, en moyenne et selon Médiamétrie l’audience journalière augmente plus que significativement mais la durée d’écoute diminue. Sa gestion a été perçue comme étant dirigiste. Les critiques de son action à la tête de France Culture ont également porté sur la place faite à l’actualité. Elle participe toujours à l’émission À voix nue, dont le principe — des séries d’entretiens — garantissait une certaine diversité par un système de producteurs tournants. En décembre 2005, elle quitte la direction de France Culture pour rejoindre le groupe La Martinière et prendre la direction du secteur Littérature et Documents des éditions du Seuil, fonction dont elle est licenciée en 2006. En mars 2007, elle a signé avec 150 intellectuels un texte appelant à voter pour Ségolène Royal, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance ». En 2008, elle donne des cours d’histoire des femmes et du féminisme à l’Institut d’études politiques de Paris. Elle présente également Studio Théâtre sur France Inter et anime depuis plusieurs années l’émission littéraire Tropismes sur France Ô, et Hors-Champs sur France Culture – dont le générique est un extrait de morceau de piano joué par le musicien Chilly Gonzales. Elle est membre du Conseil d’Orientation du think tank En Temps Réel, membre du Conseil d’administration du Théâtre de la Ville à Paris ainsi que de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et membre du conseil de surveillance du quotidien Le Monde. Elle anime, avec Bruno Racine, l’émission Le Cercle de la BNF, en collaboration avec Le Magazine littéraire et fait partie, à partir de 2009, du jury du prix de la BnF. En 2009, elle participe à la Commission Culture et Université présidée par Emmanuel Ethis. En février 2016, croyant à un canular téléphonique, elle décline la proposition de François Hollande de devenir ministre de la Culture.
Présentation du contenu Archives de Laure Adler, chargée de mission pour la culture d’’avril 1990 à juin 1992. AG/5(4)/LA/11, dossier 2 : Architecture. – Suivi de la politique menée en la matière, notamment de la réforme de l’’enseignement de l’’architecture : coupures de presse, notes internes, notes manuscrites, documentation, décret, lettre, compte-rendu de réunion.
Copyright © Archives nationales