Chronologie sur la Maison de l’histoire de France

 

13 mars 2007 Discours de campagne de Nicolas Sarkozy à Besançon. Le candidat à l’élection présidentielle y affirme la suprématie de la nation, seule capable de faire vivre les valeurs de la France .
Avril 2007 Intervention d’Hervé Lemoine et de Charles Personnaz auprès de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy suggérant au candidat de donner réalité à ses intentions en matière de suprématie de la nation par la création un « musée d’histoire nationale » à l’hôtel des Invalides ».
22 mai 2007 Lettre d’Hervé Lemoine et de Charles Personnaz à Claude Guéant, secrétaire général de l’Élysée précisant le double rôle de cette future institution muséale : être « la tête de réseau des centaines de musées d’histoire qui existent sur le territoire », et « donner corps au nouvel espace public nécessaire aux débats » ouverts pendant la campagne présidentielle autour des « concepts de nation » et d’identité nationale ».
20 novembre 2007 Lettre de mission du ministère de la culture et ministère de la Défense à Hervé Lemoine. Il s’agit de proposer des solutions concrètes en vue de la réalisation du centre de recherche et de collections permanentes dédié à l’histoire civile et militaire de la France souhaité par le Président de la République afin redonner aux Français le goût de leur histoire. Un rapport d’étape sera remis en janvier 2008.
Avril 2008 Remise au ministère de la Défense et à la ministre de la Culture du rapport d’Hervé Lemoine, « La Maison de l’histoire de France ». Pour la création d’un centre de recherche et de collections permanentes dédié à l’histoire civile et militaire de la France. »
13 janvier 2009 Discours de vœux du Président de la République aux acteurs du monde de la culture réunis à Nîmes, Nicolas Sarkozy annonce sa décision de créer un Musée de l’Histoire de France, situé dans « un lieu emblématique de notre histoire, un lieu qui reste à choisir pourrait être une fédération de musées et des monuments, qui travailleraient en réseau et collaboraient avec de grandes institutions étrangères. Il serait doté d’un Centre situé dans un endroit symbolique.
8 février 2009 Première réaction d’historiens à l’annonce du projet de « Maison de l’histoire de France » avec la publication dans le Monde d’une tribune de Daniel Roche et Christophe Charle.
13 février 2009 Lettre de mission adressé par la ministre de la Culture Christine Albanel à Jean-Pierre Rioux, Inspecteur général honoraire de l’Éducation nationale, le chargeant de la rédaction d’un rapport recensant « les sites susceptibles d’accueillir cette nouvelle institution ». Jean-Pierre Rioux, « sera assisté de Dominique Borne, doyen honoraire de l’inspection générale de l’Éducation nationale. Charles Personnaz, administrateur civil du ministre de la Défense, apportera son concours ».
21 ou 31 mars 2009 Lettre de mission du Premier ministre adressé au nouveau ministre de l’Immigration de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire Eric Besson : « Vous prendrez part, aux côtés du ministre chargé de la Culture, à la mise en place du Musée de l’histoire de France, qui contribuera à faire vivre notre identité nationale auprès du grand public. » Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’objectifs visant à renforcer « la place des emblèmes et symboles de la République », de sa langue, de son drapeau, de son hymne ».
Mai 2009 Remise du Rapport de Jean-Pierre Rioux sur les sites susceptibles d’accueillir un musée de l’histoire de France.
Juin 2009 Colloque de l’Institut national du patrimoine à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris, consacré aux « Lieux de mémoire, musée(s) d’histoire(s) ». Au cours du colloque est avancée l’expression de « Maison de l’histoire de France » par contraste avec celle de musée » mais aussi de « cité ». Les missions du futur établissement, « défini comme une tête de réseau des musées d’histoire et un lieu d’échanges dévolu à la recherche », sont également esquissées.
21 septembre 2009 Nomination par le Président de la République par décret de Jean-François Hébert, président de l’établissement public de Fontainebleau et chargé de la mise en œuvre du projet de musée de l’histoire de France. Le lendemain lettre de mission du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand adressée à Jean-François Hébert, président de l’établissement public du château de Fontainebleau, le chargeant d’élaborer le projet scientifique et culturel du nouvel établissement ».
Un communiqué de presse du ministère de la culture du 23 septembre précise « un musée d’histoire de France qui sera à la fois un musée présentant les grandes séquences de notre histoire, un centre de valorisation de la recherche associant l’histoire à d’autres disciplines et une tête de réseau pour l’ensemble des établissements dont les collections et la programmation tendent à la connaissance d’un personnage, d’un territoire ou d’une période historique ». L’expression de Maison de l’histoire de France » est reprise également. Jean-François Hébert devra s’appuyer sur un conseil scientifique. Il devra également approfondir les pistes ouvertes par le rapport de Jean-Pierre Rioux sur les différents sites possibles pour le futur musée.
Avril 2010 Remise du rapport de Jean-François Hébert au ministre de la Culture.
9 septembre 2010 Fuite dans la presse sur le lieu d’installation de la future Maison de l’histoire de France. Les organisations syndicales des Archives nationales, rue des Francs Bourgeois, manifestent aussitôt leur mécontentement, estimant que le lieu devait rester dédié aux Archives.
12 septembre 2010 Discours du Président de la République consacré au 70e anniversaire de la découverte de la grotte de Lascaux. Nicolas Sarkozy y annonce la création de la « Maison de l’histoire de France » et son installation sur le site parisien des Archives nationales. Nomination de Jean-François Hébert à la tête de l’association de préfiguration.
En attendant l’ouverture dans son logis de la Maison de l’histoire de France prévue en 2015, Nicolas Sarkozy annonce que le jardin du site historique des Archives à Paris – désormais en partie dévolu à la « Maison de l’histoire de France » sera prochainement ouvert au public tandis qu’une grande exposition sera programmée fin 2011.
16 septembre 2010 Début de l’occupation du palais de Soubise par des personnels des Archives nationales. Lancement d’une pétition « Non à la Maison de l’histoire de France aux Archives nationales »
27 septembre 2010 Lettre de mission du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand adressée à Jean-François Hébert qui devra mettre en place l’association de préfiguration de la Maison de l’Histoire de France dont il devra assurer la présidence jusqu’à la création de l’établissement public prévue pour le 1er janvier 2012.
Il est prévu que la Maison de l’histoire de France fonctionne avec un réseau de neuf musées nationaux.
21 février 2011 Annonce du limogeage, par le ministère de la Culture et de la Communication de la directrice des Archives nationale Isabelle Neuschwander (directrice depuis 2007). Celle-ci subit les conséquences d’une attitude jugée contraire aux intérêts du projet de « Maison de l’histoire de France ». Un arrêté du 23 février met fin à ses fonctions. Ce limogeage suscite de nombreuses réactions de la  part notamment de l’Association des archivistes français, del’Association des professeurs d’histoire-géographie, du syndicat   SNESUP, de l’interassociation Archives, Bibliothèques Documentation, de différentes associations d’historiens de l’enseignement supérieur.
16 juin 2011 Avant-projet remis par le Comité d’orientation scientifique de la Maison de l’histoire de France.
31 août 2011 Annonce de rencontres régionales pour débattre du projet
21 décembre 2011 Communication en conseil des ministres du ministre de la culture au sujet de l’avancement de la Maison de l’histoire de France.
22 décembre 2011 Décret portant création de la Maison de l’histoire de France
26 décembre 2011 Par décret Maryvonne de Saint Pulgent est nommée présidente.
10 janvier 2012 Remise du rapport final du Comité d’orientation scientifique de la « maison de l’histoire de France » du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.
La galerie des temps », racontera la France des origines à nos jours à travers une présentation permanente et évolutive. Son propos sera secondé par l’organisation régulière d’exposition temporaires.
Pour rendre accessible au plus grand nombre la connaissance de l’histoire de France, la Maison de l’histoire de France  se mobilisera pour diffuser une offre diversifiée : les productions numériques et audiovisuelles tiendront une place importante, et des cycles de colloques et de conférences permettront la valorisation de la recherche. De nombreux sujets de l’histoire de France pourront ainsi être traités grâce à un vaste réseau.
18 janvier 2012 Ouverture de la première exposition sous l’égide de la Maison de l’histoire de France, « La France en relief – Chefs d’œuvre de la collection des plans-reliefs de Louis XIV à Napoléon III » : abritée sous la nef du Grand-palais avec la scénographie et des dispositifs multimédia innovants.
19 janvier 2012 Discours sur la culture du Président de la République François Hollande à Nantes, à l’occasion des Biennales internationales du spectacle. « Il a repris à son compte une opinion qui commence à faire son chemin, selon laquelle il faudrait faire une pause dans la construction de nouveaux équipement culturels. Est visée, sans qu’il la nomme la Maison de l’histoire de France chère à Nicolas Sarkozy. » (site Art Clair, Jean-Christophe Castelain, 24 janvier 2012)
24 janvier 2012 Lors des vœux du Président de la République depuis le chantier du MuCEM à Marseille, brève évocation de la Maison de l’histoire de France : « La Maison de l’histoire de France que j’ai profondément voulue s’est mise en place entourée d’une polémique extraordinaire et cette polémique montre que nous sommes vivants ! Quel est le pays qui est capable de susciter tant de débats sur la Maison de l’histoire de France ? Il y a deux manières à la voir : on peut dire c’est un souci, certes, mais on peut dire aussi que c’est de la passion. Et moi j’y vois la passion. »
27 janvier 2012 Le rapport du Comité d’orientation scientifique est rendu public.
14 février 2012 Visite du Président de la République à l’exposition des Chefs d’œuvres de la collection des plans-reliefs de Louis XIV à Napoléon III » au Grand Palais. Selon Libération dans son édition du jeudi 16 février, Nicolas Sarkozy « a indiqué que le schéma de distribution des espaces au Carré des Archives, dans le Marais, à Paris sera approuvé « dans les jours à venir », fixant le budget à 80 millions d’euros. Il a estimé que le succès de l’exposition qui devrait accueillir 130 000 visiteurs en quatre semaines, démontrait « ce besoin d’histoire », auquel doit répondre son projet ».
28 février 2012 Arrêté du ministère de la culture et de la communication portant nomination au conseil d’administration de l’établissement public de la « Maison de l’histoire de France ». Les personnalités nommées sont Krzystof Pomian, philosophe et historien ; Régis Debray, philosophe : Élie Barnavi, diplomate et historien ; Stéphane Grimaldi directeur du Mémorial de Caen ; Agnès Magnien conservateur en chef du patrimoine ; Leïla Sebbar, romancière et professeure de lettres.
Août 2012 La ministre de la Culture Aurélie Philipetti annonce que le projet est abandonné conformément aux engagements pris par François Hollande dans son programme de campagne pour l’élection présidentielle de 2012.
Septembre 2012 Démission de Maryvonne de Saint Pulgent de ses fonctions de présidente.
24 décembre 2012 Décret portant dissolution de la Maison de l’histoire de France.

Chronologie établie à l’aide de celle figurant en annexe de l’ouvrage d’Isabelle Backouche et Vincent Duclert « Maison de l’histoire de France. Enquête critique » (Fondation Jean Jaurès, 2012 )

[sommaire]