Paul Delouvrier

Par sa manière d’être et d’agir Paul Delouvrier a profondément influencé plusieurs générations de serviteurs de l’État. Né en 1914 dans les Vosges, décidé en 1995, Paul Delouvrier est passé par l’École des cadres d’Uriage et s’est impliqué activement dans la Résistance. Il fut à la Libération notamment directeur de cabinet du ministre des finances René Pléven, chef de la division financière du Commissariat général du Plan (1946-1947), directeur de cabinet du ministre des finances et des affaires économiques René Mayer, directeur général adjoint des impôts (1948-1953).

Il poursuit sa carrière aux côtés de René Mayer président du Conseil. Il dirigea à Luxembourg la division des finances de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier que présidait Jean Monnet (1955) et fut membre du groupe Spaak pour la préparation du Traité de Rome.

Il fut de 1958 à 1960 délégué général du Gouvernement en Algérie, en 1961 délégué général du district de la région de Paris, puis préfet de la région parisienne (1966-1969) menant une action novatrice et amorçant la fondation des villes nouvelles.

En 1969, il devint président du conseil d’administration d’Électricité de France, poste qu’il occupa dix ans. En 1970 il fut le premier président du Plan construction.

Paul Delouvrier fut membre du Conseil du développement culturel (1971-1973) et président de l’Association pour le Grand Louvre au début des années 80.

En 1979, il est nommé président de l’établissement public du Parc de la Villette chargé de créer un musée des sciences et des équipements consacrés à la musique. En 1984, atteint par la limite d’âge, il en devient président d’honneur et s’y intéressera jusqu’à sa mort.

Parallèlement Paul Delouvrier a eu des activités d’enseignement et a mis son énergie au service de la vie associative

Un ouvrage lui a été consacré : Paul Delouvrier ou la passion d’agir (par Roselyne Chenu, Éditions du Seuil, 1994).

Paul Delouvrier a fait l’objet d’un entretien dans « À voix nue : grands entretiens d’hier et d’aujourd’hui » (France Culture), le 3 octobre 1994.