École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville. Fonds de l’Institut parisien de recherche en architecture, urbanisme et société

Référence 20120418/1-20120418/257
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville. Institut parisien de recherche : architecture, urbanistique, société
Dates extrêmes 1808-2003
Nom des principaux producteurs École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville. Institut parisien de recherche : architecture, urbanistique, société
Importance matérielle 102 cartons dimabs, soit 37 ml
Langue des documents – français
– anglais
– chinois
Historique de la conservation Archives nationales
Localisation physique Archives nationales
59, rue Guynemer
93383 Pierrefitte Cedex
Conditions d’accès Librement communicable
Conditions d’utilisation Selon le règlement de la salle de lecture
Modalités d’entrée Versement des dossiers au terme de la durée d’utilité administrative
Historique du producteur Poursuivant une longue tradition de recherches menées à l’École d’architecture de Paris Belleville, depuis 1969 au sein de l’IERAU (Institut d’études et de recherches architecturales et urbaines) et département de sociologie de l’université de Paris X – Nanterre, les enseignants-chercheurs de ces deux établissements créèrent en 1986 l’IPRAUS (Institut parisien de recherche : architecture, urbanisme, société). Soutenu par le bureau de la recherche architecturale, l’IPRAUS fut, dès sa création, habilité comme équipe associée au CNRS.
Institut parisien, il a ancré son pouvoir pour Paris, son tissu et son architecture, son centre historique et ses banlieues, sa forme urbaine et ses habitants. Mais ce savoir enraciné, né d’enquêtes de terrain, éprouvant des méthodes nouvelles, a essaimé pour analyser la formation d’autres villes en France ou à l’étranger, en Sicile, en Afrique du Nord, en Inde ou en Chine. A partir des types architecturaux et de la genèse des formes urbaines, les regards croisés de l’architecte, de l’historien, du sociologue et de l’anthropologue se portaient sur l’articulation sensible de l’architecture et de la ville, du savoir et des pratiques, des hommes-habitants ou concepteurs aux objets. C’est alors que s’affirmaient les axes privilégiés de réflexion du laboratoire autour de l’espace architectural et urbain : politique de l’espace-logement social, commande et profession ; production de l’espace – genèse et évolution des formes ; pratique de l’espace – mentalités et représentations.Issu de deux laboratoires de recherche, l’IERAU et le LASSAU, pour le premier, par des enseignants chercheurs architectes et sociologues travaillant dans les écoles d’architecture, et, pour le second, par des enseignants-chercheurs sociologues de l’université Paris X et de CNRS, l’IPRAUS, crée en 1986, s’est constitué au départ comme une équipe expérimentale.
Venant d’horizons scientifiques différents, mais complémentaires, les chercheurs composant l’IPRAUS se sont donc rapprochés en raison de la convergence de leurs approches et de l’importance qu’ils accordaient à un va-et-vient entre les approches disciplinaires.
Lors de l’association avec le CNRS, trois axes principaux de recherche ont été énoncés : architecture, urbanisme société ; typologie, morphologie ; usagers, esthétique, architecture.
Présentation du contenu Dossier de l’institut parisien de recherche en architecture, urbanisme et société (IPRAUS) :
– Institut d’études et de recherches architecturales et urbaines (IERAU)
– Institut parisien de recherche en architecture , urbanisme et société (IPRAUS Développement).
– Dossiers de Pierre Clément.
– Dossier de Jean-Michel Léger.
– Michèle Lambert.
– Dossier de François Laisney.
– Dossier de Ginette Baty-Tornikian.
– Dossier de Nicole Eleb-Harle.
– Dossier de Anne Gotman
Copyright © Archives nationales

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search