École nationale supérieure d’architecture de Versailles. Fonds des travaux personnels de fin d’études [1/4]

Référence 20144611/1-20144611/13
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé École nationale supérieure d’architecture de Versailles
Dates extrêmes 1985-1989
Nom des principaux producteurs École nationale supérieure d’architecture de Versailles
Importance matérielle 13 boites Dimab soit 4,33 ml
Langue des documents Français
Historique de la conservation Archives nationales
Localisation physique Archives nationales
59, rue Guynemer
93383 Pierrefitte Cedex
Conditions d’accès Librement communicable
Conditions d’utilisation Selon règlement de la salle de lecture
Modalités d’entrée Versement à la mission des archives en 2014
Historique du producteur L’enseignement de l’architecture fut longtemps réservé à la seule École nationale supérieure des beaux-arts après fusion avec l’Académie royale d’architecture officiellement inaugurée en 1671 et consacrée à l’enseignement des sciences nécessaires aux architectes. Le décret du 30 septembre 1883, qui détermine l’organisation administrative et le fonctionnement de l’école, stipule qu’elle a pour mission l’enseignement de la peinture, de la sculpture, de l’architecture, de la gravure ne taille douce et de la gravure en médailles et en pierres fines.
De nombreuses sociétés départementales d’architectes ont alors demandé la création d’écoles régionales d’architecture. Le décret n°62-179 du 16 février 1962 relatif à l’enseignement de l’architecture prévoyait que la formation des architectes est assurée par les « écoles nationales d’architecture », établissements publics nationaux d’enseignement supérieur, et par des écoles régionales d’architecture et de construction, établissements publics, créés en fonction des besoins. Celles-ci dispensent les mêmes enseignements de premier cycle que les écoles nationales.
Le décret n°68-1097 du 6 décembre 1968 modifie à nouveau l’organisation de l’enseignement de l’architecture et prévoit que, à titre transitoire, l’enseignement de l’architecture est délivré dans des unités autonomes sur le plan pédagogique. Dans la région d’Île-de-France, les unités pédagogiques se substituent à la section architecture de l’école nationale supérieure des beaux-arts ; sur le reste du territoire, les unités pédagogiques sont constituées par les écoles régionales d’architecture.
En ce qui concerne l’organisation, chaque unité pédagogique est dotée d’un conseil de gestion transitoire qui comprend le directeur de l’établissement et des représentants des enseignants et des étudiants. Le décret n°78-266 du 8 mars 1978 prévoit que les unités pédagogiques d’architecture peuvent avoir le statut d’établissement public national à caractère administratif. Les établissements publics sont créés par décret et placé sous tutelle du ministre chargé de la culture. Puis, le décret n°78-533 du 12 avril 1978 attribue la tutelle au ministère de l’environnement et du cadre de vie. A nouveau le décret n°96-237 du 22 mars 1996 redonne la tutelle au ministère de la culture avec la création au sein de ce ministère d’une direction de l’architecture devenue direction de l’Architecture et du patrimoine.
Le régime des études d’architecture est fixé actuellement par le décret n°97-1096 du 27 novembre 1997. Ce décret prévoit que les cycles d’études d’architecture habilitées par l’État et placées sous tutelle du ministre chargé de la Culture. Les missions des écoles d’architectures sont actuellement définies par le décret n°97-1096 du 27 novembre 1997 relatif aux études d’architecture. Elles portent tant sur la formation initiale des professionnels de l’architecture, la recherche en architecture et sa valorisation, la formation à la recherche et par la recherche, la formation continue diplômante des professionnels de l’architecture dans le cadre de la promotion sociale, la formation permanente des professionnels de l’architecture que sur la formation des personnels chargés de l’enseignement de l’architecture. Elles doivent également assurer la diffusion, notamment dans le cadre régional, de la culture architecturale et la sensibilisation des jeunes à l’architecture en particulier en milieu scolaire. Pour accomplir leurs missions, les écoles d’architecture doivent permettre l’échange des savoirs et des pratiques au sein de la communauté scientifique et culturelle internationale, notamment par le développement de programmes de coopération avec les institutions étrangères. Les écoles peuvent également s’associer entre elles, avec d’autres établissements d’enseignement ou avec des organismes de recherche.
Chaque école d’architecture ayant le statut d’établissement public est dotée d’un conseil d’administration, Son président est nommé par le ministre de la Culture pour une période de deux ans renouvelable. Le directeur est nommé par décret sur proposition du ministre de la Culture, il dirige l’établissement et a autorité sur l’ensemble des services et des personnels. Une commission culturelle, scientifique et technique pour les formations en architecture est consultée sur les questions d’habilitation des écoles d’architecture à délivrer des diplômes nationaux et sur la reconnaissance par le ministre chargé de l’architecture qui ne sont pas placés sous tutelle. La composition, l’organisation et le fonctionnement de cette commission font l’objet d’un arrêté conjoint des ministres chargés de l’architecture et de l’enseignement supérieur.
L’École nationale supérieure de Versailles a vu le jour en 1969, Initialement dénommée Unité Pédagogique d’Architecture n°3 (UPA n°3), elle occupe, parmi les six écoles de la région parisienne, une situation géographique privilégiée et abrite un centre d’art contemporain. L’École assure des formations de premier et deuxième cycle (Licence et master), habilitées en 2005 qui permettent l’obtention d’un diplôme d’État. Des poursuites d’études en doctorat sont possibles grâce à la signature d’une convention d’association à l’école doctorale « Culture, Régulation, Institutions et Territoire » (CRIT) de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il existe également trois masters spécialisés : « jardins historiques, patrimoine et paysage », « construction durable et écoquartiers », et « histoire culturelle et sociale de l’architecture et de ses territoires ». Un nouveau cycle « Habilitation » à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP) a vus le jour en 2007.
Évaluation, tris et éliminations Élimination des doubles
Mode de classement Par année puis par ordre alphabétique de titre
Présentation du contenu Mémoires de travail personnel de fin d’études (TPFE).
Copyright © Archives nationales

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search