Chronologie sur le Centre Pompidou

 

1962-1965 Projet de  musée du XXe siècle à l’initiative d’André Malraux¹
23 janvier 1967 Lancement par le préfet de Paris de la consultation pour l’aménagement du quartier des Halles.
1er avril 1967 Note de Jean-Pierre Seguin sur le projet de « Bibliothèque des Halles », grande bibliothèque en libre accès.
Juillet 1967 Établissement d’un cahier des charges pour l’implantation de deux stations du Réseau express régional (RER).
Aménagement du secteur des Halles : Approbation du statut de la Semah (Société d’économie mixte d’aménagement, de rénovation et de restauration du secteur des Halles).
Programmation d’équipements culturels (École nationale d’architecture, Centre national d’art contemporain. Maison du théâtre, Maison de la musique).
13 mars 1968 Délibération du Conseil de Paris : création d’une commission permanente du secteur des Halles.
3-5 octobre 1968 Colloque international sur l’aménagement du quartier des Halles.
24 octobre 1968 Délibération du Conseil de Paris concernant l’aménagement du quartier des Halles. Choix du plateau Beaubourg pour l’implantation de la bibliothèque publique.
11 juillet 1969 Délibération du Conseil de Paris sur l’aménagement du secteur des Halles.
Les éléments de programme figurant au schéma d’ossature urbaine sont pris en considération : « 2 stations de la RATP, une bibliothèque de lecture publique, un centre de commerce international, et des équipements sportifs […], des équipements d’ordre culturel, des équipements commerciaux […], des hôtels, des équipements de quartier à caractère social, 1500 logements dont la moitié à caractère social).
Néanmoins, dans le domaine culturel, M. le Préfet de Paris devra rechercher d’autres éléments de programme, conférant au secteur d’aménagement la primauté culturelle réclamée par le Conseil de Paris et insuffisamment affirmée dans ledit schéma d’ossature urbaine »
11 décembre 1969 Lors d’un conseil des ministres restreint, décision du président Georges Pompidou d’édifier sur le plateau Beaubourg un centre culturel voué aux expressions artistiques contemporaines et à la lecture publique et de lancer pour la première fois en France un concours international d’architecture afin de désigner les architectes du Centre.
15 décembre 1969 Lettre de Georges Pompidou à Edmond Michelet, ministre d’État chargé des Affaires culturelles, donnant des indications sur la manière dont il conçoit le projet : « L’ensemble architectural devra non seulement comprendre un vaste musée de peinture et de sculpture, mais des installations spéciales pour la musique, le disque, et éventuellement, le cinéma et la recherche théâtrale. Il serait souhaitable qu’il puisse également comprendre une bibliothèque regroupant tous les ouvrages consacrés aux arts et à leur évolution la plus récente. »
23 décembre 1969 Délibération du Conseil de Paris : vœu concernant l’édification d’un centre national d’art contemporain en liaison avec l’aménagement du secteur des Halles. Le terrain du plateau Beaubourg est cédé gratuitement à l’État par la ville de Paris.
23 janvier 1970 Définition du mode de financement de l’opération par le président de la République, hors enveloppe du budget des Affaires culturelles.
14 février 1970 Programme conçu par une petite équipe dirigée par Sébastien Loste. Rapport de MM. Leymarie, Gautier, Viatte, Mathey, Seguin, sous la direction de Sébastien Loste, sur ce que pourrait être le centre d’art moderne du plateau Beaubourg, soumis au Président de la République et approuvé par lui dans ses grandes lignes.
Février 1970 Georges Pompidou invite Olivier Guichard, ministre de l’Éducation nationale à inclure dans le projet la bibliothèque publique initialement prévue aux Halles
Janvier-juin 1970 Élaboration du programme de base du concours par une équipe réduite comprenant en particulier François Lombard, architecte et urbaniste, chargé de mission de la Direction de l’architecture, et Sébastien Loste.
23 juin 1970 Lettre de Georges Pompidou à Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre : « Au cours du Conseil interministériel que j’ai présidé le 11 décembre 1969, l’implantation d’un musée des arts contemporains sur le plateau Beaubourg a été envisagé.
Les études menées depuis lors ont permis de constater que la Bibliothèque de lecture publique dont l’installation était précédemment prévue à ce même lieu pourra trouver place dans l ‘édifice abritant le musée. La réalisation de cet ensemble peut difficilement se concevoir en dehors de l’opération de rénovation des Halles. »
Juillet 1970 Approbation du programme de base par le président de la République.
26 août 1970 Nomination de Robert Bordaz, conseiller d’État, comme délégué pour la réalisation du Centre du plateau Beaubourg. Il constitue une équipe d’une dizaine de personnes.
22 octobre 1970 Décision de lancement du concours.
29 octobre 1970 Délibération du Conseil de Paris : aménagement du secteur des Halles. Cession à la SEMAH des terrains municipaux du périmètre de rénovation.
Novembre 1970 A la demande du président de la République, création d’un institut de recherche musicale (futur Ircam) dont la direction est confiée à Pierre Boulez
19 novembre 1970 Conférence de presse au ministère des Affaires culturelles : lancement du concours international d’idées pour la réalisation du Centre du plateau Beaubourg.
Janvier-août 1971 Établissement du programme architectural
Lancement du concours international . Constitution d’un jury international de 9 membres présidé par Jean Prouvé, architecte et ingénieur français.
Juillet-octobre 1971 Démolition des six premiers pavillons des Halles pour permettre la construction du RER et du Forum.
5-15 juillet 1971 681 projets sont examinés (186 projets français, 492 projets étrangers, 79 pays représentés).
15 juillet 1971 Résultat du concours international d’architecture pour le Centre Beaubourg : le projet retenu est celui de Renzo Piano (italien) et Richard Rogers (anglais) et Gianfranco Franchini (italien) assistés du bureau Ove Arup and Partners.
19 juillet 1971 Conférence de presse au Grand Palais : présentation des lauréats.
Août 1971 Programme définitif du Centre du plateau Beaubourg.
Établissement du programme architectural spécifique.
19 octobre 1971 Installation sur le plateau Beaubourg des bureaux de la Délégation.
Décembre 1971 Premier avant-projet sommaire présenté au président Georges Pompidou.
8 décembre 1971 Dépôt du dossier de permis de construire du Centre.
22 décembre 1971 Délibération du Conseil de Paris sur l’aménagement du secteur des Halles : conditions de déplacement de l’école des rues Brisemiche et Saint-Merri et de l’établissement de Bains-douches voisins.
31 décembre 1971 Décret portant création de l’établissement public du centre Beaubourg :
Art. 1er : « Il est créé sous le nom d’établissement public du Centre Beaubourg » un établissement national à caractère administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Cet établissement a pour mission de faire construire à Paris dans la zone dénommée Plateau Beaubourg[…] un centre culturel comportant notamment un ensemble de bibliothèques, de musées, de galeries d’expositions, de salles de spectacles, et réunions et de centres de recherches ».
Décret portant nomination de Robert Bordaz, conseiller d’État, président du conseil d’administration de l’établissement public du Centre Beaubourg.
Janvier 1972 Sondages de terrain
17 janvier 1972 Note sur les rapports entre l’établissement public et les futurs utilisateurs du Centre Beaubourg : définition de la liste des utilisateurs (Mnam, bibliothèque, Cnac, CCI, Centre de recherche acoustique).
24 février 1972 Note concernant l’organisation du futur Centre Beaubourg : « En raison de la mission générale, le futur Centre Beaubourg devra avoir le statut d’un établissement public, placé sous la double tutelle du ministère des Affaires culturelles et du ministère de l’Éducation nationale. Toutefois la complexité de ce Centre, la pluralité de ses missions, la diversité des « utilisateurs » qu’il associe en feront une catégorie nouvelle d’établissement public, ce qui, au regard de l’article 34 de la Constitution, implique le recours à un texte législatif ».
Mars 1972 Appel d’offres pour la mission d’entreprise principale.
Mars – Avril 1972 Début des travaux de terrassement.
9 mai 1972 Désignation des Grands Travaux de Marseille comme entrepreneur principal associé aux architectes.
23 mai 1972 Début des travaux de terrassement.
30 mai 1972 Conseil restreint présidé par le Président de la République : « Le Centre Beaubourg sera un Établissement public national, placé sous la tutelle du ministre des Affaires culturelles. Il comprendra le Musée national d’art moderne et contemporain, le Centre du création industrielle, le Centre de recherches acoustiques, une cinémathèque et la Bibliothèque.
Juillet 1972 Le Centre de création industrielle est intégré au Centre Beaubourg (il avait été formé en 1969 au sein de l’UCAD)
1er août 1972 Début des travaux de démolition sur l’emplacement du complexe scolaire et sportif Saint-Merri.
17 octobre 1972 Déclarations du président Georges Pompidou recueillies par le journal Le Monde : « Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel (…) qui soit à la fois un musée et un centre de création, où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. Le musée ne peut être que d’art moderne, puisque nous avons le Louvre.
La création, évidemment, serait moderne et évoluerait sans cesse (…).
La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui, du même coup, seraient mis en contact avec les arts. »
Janvier-juin 1973 Programmation architecturale du bâtiment principal (rédaction du programme définitif) et mise au point du programme de la place et des autres espaces extérieurs.
20 mars 1973 Lors d’un conseil des ministres restreint à la demande du président de la République, réunion du Mnam et du Cnac en un seul département : le Département des arts plastiques (DAP).
Structure définitive du Centre Beaubourg : DAP, CCI, Ircam, Bpi.
Le conseil des ministres adopte le programme de construction du Centre et les enveloppes budgétaires afférentes, réparties sur plusieurs année et hors budget des affaires culturelles.
Avril 1973 Études et programmes architecturaux pour l’Ircam
30 mai 1973 Projet de convention entre l’Union centrale des arts décoratifs et l’Établissement public du Centre Beaubourg (EPCB) : « Art. 1 Le CCI acquiert […] le statut de département de l’EPCB. »
22 juin 1973 Approbation par le conseil d’administration de l’EPCB de la convention instituant le transfert du CCI de l’Ucad à l’EPBC. »
22 juin 1973 Délibération du conseil d’administration de l’EPBC sur l’opération destinée à faire disparaître le terrain vague qui borde la rue de Venise à reconstituer l’alignement des façades de la rue Saint-Martin face au Centre et à restituer à la rue de Venise son caractère de rue étroite de Paris…
1er juillet 1973 Programme architectural définitif.
Septembre 1973 Pontus Hulten est nommé directeur du Département des Arts Plastiques.
18 octobre 1973 Dépôt du dossier de permis de construire de l’Ircam.
19 novembre 1973 Création d’une Association de recherche et de coordination acoustique/musique (Arcam).
Décembre 1973 Début de la construction de l’infrastructure.
6 décembre 1973 Environnement immédiat du Centre : « Un programme d’amélioration de l’environnement du plateau Beaubourg sera proposé au Conseil de Paris par le Préfet de Paris, ainsi qu’une étroite collaboration de maîtrise d’ouvrage avec l’établissement public qui aura la responsabilité des travaux. Le coût de l’opération pour les travaux qui ne seront pas pris en charge par le budget de la Ville de Paris sera pris en charge par l’État et inscrit à la loi de finances pour 1975. »
Février 1974 Nouvelle demande de permis de construire.
14 mars 1974 Arrêté du Préfet de Paris accordant le permis de construire : l’arrêté attaqué en annulation fait l’objet d’un sursis à exécution.
Avril 1974 Ouverture du chantier de l’Ircam.
23 juillet 1974 Interruption des travaux du chantier Beaubourg à la suite d’un procès intenté par l’association le Geste architectural.
Août 1974 Le déroulement du projet est examiné au cours d’un conseil interministériel restreint présidé par Valéry Giscard d’Estaing.
5 août 1974 Dépôt d’une nouvelle demande de permis de construire.
8 août 1974 Reprise du chantier après avis du Conseil d’État
Octobre 1974 à juin 1975 Construction de la charpente métallique en neuf mois.
31 octobre 1974 Nouveau permis de construire accordé.
2 décembre 1974 Deux recours devant le tribunal administratif aux fins de sursis à exécution et d’annulation du permis de construire.
Décembre 1974 Début de la construction de l’infrastructure, charpente métallique.
3-20 décembre 1974 Le premier ministre, Jacques Chirac, et le secrétaire d’État à la culture, Michel Guy, présentent à l ‘Assemblée nationale et au Sénat le projet de loi portant création du Centre Pompidou :.
1974 Le transfert des collections du Musée national d’art moderne situé avenue du Président Wilson est projeté.
Janvier 1975 La gestion du Musée national d’art moderne est transférée à l’Établissement Public du Centre Beaubourg.
3 janvier 1975 Loi portant création du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou sous forme d’établissement public national à caractère culturel.
« Cet établissement public favorise la création des œuvres de l’art et de l’esprit ; il contribue à l’enrichissement du patrimoine culturel de la nation, à l’information et à la formation du public, à la diffusion de la création artistique et à la communication sociale. Il assure le fonctionnement et l’animation, en liaison avec les organismes publics ou privés qui lui sont associés, d’un ensemble culturel consacré à toutes les formes de la création artistique, notamment dans le domaine des arts plastiques, de la recherche acoustique et musicale, de l’esthétique industrielle, de l’art cinématographique, ainsi qu’à la lecture publique ».
Son président est nommé en conseil des ministres.
1975
Concours international pour la conception du système signalétique remporté par l’agence VDA (Visuel Design Association) dirigée par Jean Widmer et Ernst Hiestand.
21 mars 1975 Délibération du Conseil de Paris. Aménagement des voies piétonnières dans le secteur des Halles : « Art. 2. Le Préfet de Paris est invité à soumettre au conseil de Paris, à la session de juin 1975, un projet de convention avec l’EPCB précisant les conditions dans lesquelles seront conduits et financés les travaux d’aménagement de l’environnement du centre Beaubourg ».
Avril 1975 Début de la construction de l’Ircam.
2 avril 1975 Décret sur le changement de nom de l’Établissement Public du Centre Beaubourg qui prend le nom de Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.
20 juin 1975 Achèvement de la charpente métallique.
26 juin 1975 Délibération du Conseil de Paris. Aménagement de voies piétonnières dans le secteur des Halles dans le cadre d’une convention entre la Ville de Paris et le Cnac-GP.
3 novembre 1975 Courrier de Valéry Giscard d’Estaing à l’attention de Michel Guy, secrétaire d’État à la culture, demandant le concours du Cnetre pour la mise en œuvre d’une « politique d’esthétique en industrielle ».
23 décembre 1975 Décret portant création d’une Direction du livre au secrétariat d’État à la culture.
1er janvier 1976 La tutelle de la BPI est transférée au Ministère de la Culture
27 janvier 1976 Décret portant statut du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou qui comprend deux départements : le Musée national d’art moderne et le Centre de création industrielle, ainsi que des services communs. Le Musée national d’art moderne cesse d’être inclus dans la liste des musées nationaux constituant la Réunion des musées nationaux.
Ce décret précise que le président du Centre est nommé par décret en conseil des ministres.
Décret portant création de la Bibliothèque publique d’information, établissement public national à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministre chargé des affaires culturelles, et lié par convention à l’établissement public du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.
29 janvier 1976 Jean-Pierre Seguin est nommé par décret directeur de la Bibliothèque publique d’information.
5 avril-19 octobre 1976 Querelle des donateurs : polémique entre le Musée national d’art moderne et les donateurs qui s’opposent au transfert des œuvres au Centre Pompidou.
24 août 1976 Par décret l’établissement public du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou est substitué à l’établissement public du Centre Beaubourg.
18 novembre 1976 Nomination de Jacques Mullender à la direction du CCI.
24 décembre 1976 Décret portant approbation des statuts de l’association dénommée Institut de recherche et de coordination acoustique-musique Ircam.
Pierre Boulez en est nommé directeur.
Janvier 1977 Installation des services communs et du mobilier dans le bâtiment.
Transfert des œuvres depuis le Palais de Tokyo jusqu’au Centre Pompidou
31 janvier 1977 Inauguration du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou en présence du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing, du Premier ministre, de madame Pompidou, et de Françoise Giroud, secrétaire d’État à la culture, de Ponthus Hulten directeur du Musée national d’art moderne, de Jean-Pierre Seguin directeur de la Bpi, de François Mathey directeur du Centre de création industrielle et de Pierre Boulez directeur de l’Ircam.
2 février 1977 Ouverture du Centre au public.
1er mars 1977 Nomination de Jean Millier à la présidence du Centre.
Création de l’Atelier de recherches techniques avancées (Arta)
Mai 1977 Ouverture de l’Atelier des enfants.
27 juin 1977 Inauguration de l’Atelier Brancusi.
Juillet 1977 Inauguration de l’Ircam.
Fin 1977 Création du Forum de l’information sur l’actualité culturelle en France.
1977 Lancement de la Revue parlée par Blaise Gautier : mise en rapport direct entre les écrivains et les penseurs de notre temps et le public du Centre.
Aménagement des espaces dédiés au cinéma.
31 janvier 1980 Jean-Claude Groshens est nommé président
1er mars 1983 Par décret Pierre Maheu est nommé président du Centre.
4 mai 1988 Décret modifiant le décret du 27 janvier 1976 sur le statut du Centre.
18 février 1989 Par décret, Hélène Ahrweiler est nommée présidente du Centre
29 août 1991 Par décret Dominique Bozo est nommé président du Centre.
24 décembre 1992 Décret sur le statut et l’organisation du Centre Pompidou :
– Le Musée national d’art moderne et le Centre de création industrielle (qui conservent chacun leur label) sont réunis en un seul département.
– Création d’un département du développement culturel.
– Mise en place d’un comité artistique, instance de décret sur la programmation artistique du Centre.
La Bpi et l’Ircam conservent leur statut comme organisme associé.
4 août 1993 Par décret, François Barré est nommé président du Centre.
3 février 1994 Présentation par Jacques Toubon des travaux de réaménagement des abords du Centre et des travaux d’extension de l’Ircam.
6 avril 1994 Le ministre de la culture Jacques Toubon présente un programme de travaux de réaménagement des espaces intérieurs du Centre.
Avril 1994 Décision interministérielle arrêtant les principes du réaménagement.
Juillet 1994 Désignation de la Mission interministérielle des Grands Travaux pour la maîtrise d’ouvrage et de Monsieur Renzo Piano pour le réaménagement du forum, chic du programmateur (AGSP).
Novembre 1994 Lancement de l’étude de définition des concepts architecturaux confiés à MM. Piano et Rogers.
Juillet 1995 Approbation du programme détaillé.
Automne 1995 Démarrage des études de maîtrise d’œuvre.
28 mars 1996 Par décret Jean-Jacques Aillagon est nommé président du Centre.
Septembre 1997 Ouverture du chantier
Novembre 1999 Achèvement des travaux
22 septembre 2000 Décret sur le statut et l’organisation du Centre.
25 juin 2002 Par décret Bruno Racine est nommé président du Centre
9 janvier 2003 Annonce par le ministre de la culture Jean-Jacques Aillagon de l’accord entre le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou et la ville de Metz en vue de la création d’une antenne permanente du Centre à Metz
13 octobre 2011 Inauguration du Centre Pompidou mobile.
Novembre 2014 Le Centre ouvre un espace réservé à la photographie.

¹ En 1962, le 4e plan prévoit la construction d’un musée du vingtième siècle en raison du mauvais état du musée d’art moderne installé avenue du Président Wilson.
André Malraux souhaite confier la réalisation du nouveau musée d’art moderne à Le Corbusier. Maurice Besset, ami de le Corbusier et adjoint du directeur du musée d’art moderne Jean Cassou, est chargé par le ministre et le directeur de l’architecture Max Querrien d’une mission d’étude sur le nouveau musée. Le programme est élaboré en 1964 (présenté dans une brochure publiée en décembre 1964 par la Réunion des musées nationaux sous le titre « Avant projet de programme pour le musée du vingtième siècle »)
André Malraux propose à Le Corbusier un ensemble de travaux à la Défense : le musée du XXe siècle, le conservatoire d’art dramatique et une école nationale des arts décoratifs auxquels s’ajoute la Préfecture des Hauts-de-Seine. Le Corbusier commence ses premières esquisses en juillet 1965, mais il meurt le 27 août .Le Corbusier avait contesté le choix du site de la Défense (Figaro littéraire, 28 septembre 1965).
.

[sommaire]