Chronologie sur l’Institut du Monde Arabe

 

24 décembre 1974 Alors que Valéry Giscard d’Estaing est président de la République, la France propose aux pays arabes l’idée d’un Institut du monde arabe « pour favoriser la connaissance de la culture et de la civilisation arabes par le peuple français ». L’objectif est alors d’apaiser les tensions et de permettre des collaborations créatrices au lendemain de la première crise pétrolière.
1978 Projet du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing.
28 février 1980 L’acte de fondation de l’Institut du monde arabe est signé par la République française et les ambassadeurs des 19 États suivants, tous membres de la Ligue arabe : l’Algérie, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, Djibouti, les Émirats arabes unis, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Mauritanie, le Maroc, l’Oman, le Qatar, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Tunisie, le Yémen arabe et le Yémen démocratique populaire.
L’acte de fondation prévoyait que d’autres pays pouvaient rejoindre les 20 États fondateurs et recevoir à leur tour ce titre.
Les États fondateurs furent rejoints à la fin des années 1980 par la Libye, l’Égypte et la Palestine.
L’IMA est une fondation de droit français.
La mission de l’IMA. est essentiellement culturelle : développer et approfondir en France l’étude, la connaissance et la compréhension du monde arabe, de sa langue, de sa civilisation, et de son effort de développement ; favoriser les échanges culturels en particulier dans les domaines des sciences et techniques , participer ainsi  à l’essor des rapports entre la France et le monde arabe, en contribuant au développement des relations entre celui-ci et l’Europe.
23 juin 1980 Les statuts ont été approuvés par les représentants des États fondateurs.
14 octobre 1980 Par décret, la fondation Institut du monde arabe est reconnue d’utilité publique et ses statuts (annexés au décret) sont approuvés.
24 octobre 1980 Jean Basdevant est élu président de l’IMA
1980 Un premier projet de l’État prévoit la construction d’un bâtiment  sur un terrain situé dans le 15e arrondissement et appartenant à l’État mais qui était loué à la mairie de Paris. L’État choisit en juin un architecte Henry Bernard. Le projet qui suscite l’opposition des riverains et du maire de Paris Jacques Chirac est arrêté..
21 janvier 1981 Le premier président de l’IMA  Jean Basdevant démissionne. Philippe Ardant lui succède.
24 septembre 1981 Conférence de presse du Président de la République François Mitterrand qui annonce la mise en pratique de la maison pour l’Islam. Il confirme ainsi le projet né sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing.
20 novembre 1981 Présentation des maquettes de l’Institut du monde arabe au Président Mitterrand.
24 novembre 1981 Le conseil d’administration de l’IMA. annonce que celui-ci sera construit dans le 5e arrondissement de Paris, près de la faculté de Jussieu à l’angle du quai Saint-Bernard et de la rue des Fossés-Saint-Bernard, sur un terrain appartenant à l’Éducation nationale. Organisée par le ministère de la culture à la demande du Président de la République, une consultation d’architectes représentatifs de leur génération permet dans un délai très court de trois semaines de présenter au conseil d’administration trois projets sélectionnés par un Comité présidé par Joseph Belmont, ancien directeur de l’architecture. Le projet est confié à l’architecte Jean Nouvel, associé à Gilbert Lézénès et Pierre Soria et à Architecture Studio (Martin Robain).
22 février 1982 Allocution de Jack Lang lors du vernissage de l’exposition « Institut du monde arabe – Les 7 projets d’architecture de la consultation de novembre 1981 » présenté à l’Institut français d’architecture.
Décembre 1982 Le lancement des travaux est annoncé.
1982 Pose de la première pierre en présence de Claude Cheysson, ministre des relations extérieures et Jack Lang, ministre de la Culture.
15 juin 1983 Obtention du permis de construire.
Été 1983 Début des travaux
1er septembre 1984 Bassim El Jisr, juriste libanais musulman sunnite, est nommé directeur.
Janvier 1985 Difficultés financières dues au fait que les contributions des pays arabes ont un caractère volontaire et que les pays arabes réclament une meilleure répartition des postes de responsabilité. Une commission mixte comprenant des représentants des ministères français concernés et des ambassadeurs arabes est constituée.
Juillet 1985 Pierre Guidoni remplace Philippe Ardant mis en minorité par le conseil d’administration.
20 juin 1986 A la suite du départ de Pierre Guidoni, Paul Carton est élu à la présidence du conseil d’administration.
8 janvier 1987 Visite du chantier par le Président François Mitterrand et Jean Nouvel.
Juin 1987 Bassim El Jisr est reconduit dans ses fonctions de directeur.
30 octobre 1987 Convention entre le ministère de la culture et l’IMA pour le dépôt d’œuvres d’art du Musée du Louvre, du Musée des arts africains et océaniens et de l’Union centrale des arts décoratifs.
30 novembre 1987 Le Président de la République François Mitterrand inaugure l’Institut du monde arabe et prononce un discours. Il est interviewé par Yves Mourousi.
8 décembre 1987 Ouverture au grand public
16 ? novembre 1988 Edgar Pisani est élu président de l’IMA
Février 1989 Edgar Pisani annonce que le conseil d’administration de l’IMA a décidé d’admettre l’Égypte et retenu le « principe » de l’admission de la Palestine.
Septembre 1990 Crise financière qui conduit la direction à annoncer le licenciement d’un quart de son personnel.
29 octobre 1990 Conférence de presse d’Edgard Pisani qui présente un plan de rigueur pour sortir l’Institut de la grave crise financière qui menace son existence même.
9 décembre 1992 L’IMA fête ses 5 ans.
2006 Difficultés financières
1er février 2007 Dominique Baudis devient président (après Camille Cabana, Denis Bauchard et Yves Guéna). Il abandonnera ses fonctions de président en 2009 et sera nommé président du Haut conseil (où il sera remplacé en 2011 par Renaud Muselier)
Décembre 2007 L’IMA fête ses 20 ans.
28 janvier 2013 Jack Lang est nommé président du conseil d’administration et du Haut conseil.
17 novembre 2016 Inauguration de l’IMA-Tourcoing, antenne  décentralisée de l’IMA, dans l’ancienne école de natation de Tourcoing.
Septembre 2017 L’IMA fête ses 30 ans et rouvre ses portes après 3 ans de rénovation. Les 240 moucharabiehs de la façade ont été réparés et un son et lumière est présenté.

[sommaire]