Fonds Bernard ZEHRFUSS

Référence 358 AA, ZEHRF
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé ZEHRFUSS Bernard (1911-1996)
Dates extrêmes 1938-1987
Nom des principaux producteurs Bernard Zehrfuss
Importance matérielle 14 ml de dossiers, 2 tiroirs de meuble à plans, 8 ml d’étagères à rouleaux.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «Académie d’architecture/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Dépôt de l’Académie d’architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).
Historique du producteur Bernard Zerhfuss est né à Angers le 20 octobre 1911 et décédé le 3 juillet 1996 à Paris.
Il entre à l’ENSBA dans l’atelier Pontremoli en 1928. Diplômé en 1939, il obtient le premier Grand Prix de Rome la même année avec un projet de palais pour l’Empire colonial français.
Assistant d’Eugène Beaudouin alors basé à Marseille, il participe entre 1941 et 1943 au groupe d’Oppède, communauté d’artistes et d’architectes où se rencontrent également Etienne-Martin, Stahly, Max Ernst ou Jean Le Couteur. Chargé en 1943 d’évaluer les dommages de guerre au Maroc et en Algérie, Bernard Zehrfuss est ensuite nommé architecte en chef du gouvernement tunisien. Menant les études d’urbanisme de Tunis, Bizerte et Sfax, il est également l’auteur du service ophtalmologique de l’hôpital de Tunis, de l’internat du collège Sadiki à Khasnadar, et du champ de course de Cassar Saïd.
De retour en France en 1948, il se distingue notamment avec la construction de bâtiments industriels (imprimerie Mame à Tours, 1948-1951, usine Renault à Flins, 1951, toutes deux en collaboration avec Jean Prouvé), de logements (grand ensemble du Haut-du-Lièvre à Nancy, 1959-1963) ou d’ambassades (ambassade du Danemark à Paris, 1968, ambassade de France à Varsovie, 1962-1970, avec Henry Bernard et Guillaume Gillet), – cette dernière récemment réhabilitée par l’architecte Jean-Philippe Pargade, 2000-2005.
Unanimement salué pour le palais du CNIT à La Défense (1953-1958, avec Robert Camelot et Jean de Mailly, et les ingénieurs Nicolas Esquillan et Jean Prouvé), pour les bâtiments IV, V et VI de l’Unesco à Paris (1952-1980, avec Marcel Breuer et Pier-Luigi Nervi) et pour le musée de la Civilisation gallo-romaine à Lyon (1976), Bernard Zehrfuss multiplie également les reconnaissances officielles. Nommé architecte en chef (dès 1953) puis inspecteur général (jusqu’en 1968) des bâtiments civils et palais nationaux, il est élu à l’Académie des beaux-arts en 1983 et succède à Marcel Landowski en tant que secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts en 1994. Il est également officier de la Légion d’honneur (1963) et de l’ordre du Mérite (1967).
Historique de la conservation Don à l’Académie d’architecture, avant 1999.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination n’a été pratiquée.
Mode de classement Repérage sommaire ; pas de liste synthétique des projets représentés. Cotation et conditionnement :
– non cotés : album et pochettes de doc. (jusqu’à 90 x 125 cm) ;
– non coté : doc. encadrés (Bercy) ;
– boîtes 01-82 : boîtes de doc. (jusqu’à 26 x 37 cm) ;
– boîtes A à J : boîtes plate(s) (jusqu’à 55 x 65 cm) ;
– BR 01-23 : boîtes de rouleaux.
Présentation du contenu Les archives de Bernard Zehrfuss présentent ses projets les plus significatifs. Le fonds contient des pièces personnelles (projets scolaires, articles, etc.), ainsi que des documents relatifs à ses voyages et travaux en Afrique du Nord. Le projet le plus représenté est sans doute celui des bâtiments de l’Unesco à Paris, mais de nombreux autres bâtiments moins connus sont représentés par une couverture photographique ou d’autres pièces (correspondance, contrats, croquis, documents graphiques, etc.) permettant d’éclairer la majeure partie de l’œuvre.
Autres sources Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle : fonds des Dossiers d’œuvres de la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, 133 IFA, dossier DAU n° 287 (cote: 133 IFA 252/4).
Bibliographie Desmoulin (Christine). “Bernard Zehrfuss (1911-1996): itinéraire d’un architecte”. Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2001 (mémoire de DEA d’histoire socio-culturelle, dir. François Loyer).
Desmoulin (Christine). “Bernard Zehrfuss, un architecture français (1911-1996). Une figure des Trente Glorieuses”. Laboratoire : LADRHAUS, École nationale supérieure d’architecture de Versailles, 2008 (thèse de doctorat, dir. François Loyer, spécialité : histoire de l’architecture).
Dhouib Morabito (Hounaïda) “La reconstruction en Tunisie de 1943 à 1947”. Dir. Danièle Voldman. Paris I, 2009.
“Unesco, bâtiment VI, ilôt Garibaldi-Miollis, Paris 15e. Avant-projet, mai 1970”, Paris : Unesco, 1970.
“Le nouveau quartier Puteaux-Bagatelle”, Techniques et architecture, n° 291, février 1973, pp. 64-75.
“Unesco, bâtiment VI (15è)”, Techniques et architecture, n° 317, décembre 1977, p.105.
Gillet (Guillaume), “Discours prononcés… pour la réception de M. Bernard Zehrfuss, élu membre de la Section d’architecture en remplacement de M. Noël Lemaresquier”, Paris : Institut de France, Académie des beaux-arts, 1983.
Robichon, Francois, “Deux mille un odyssée de l’UNESCO”, D’A. D’Architectures, n°60, novembre 1995, pp. 56-59.
Dumond (M.-J.), “Bernard Zehrfuss (1911-1996)”, L’Architecture d’aujourd’hui, n° 306, sept. 1996, p. 34.
Simon Bernard, “Bernard Zehrfuss un monumental moderne”, Le Moniteur architecture, AMC, n° 73, septembre 1996, p.22.
Vayssière (Bruno), “Jean Balladur et Bernard Zehrfuss”, in “Architectes repères, repères d’architectures”, Paris : Pavillon de l’Arsenal, 1998.
Appert (Sébastien), “Musées d’archéologie et mises en valeur de sites archéologiques”, Paris, EA Paris-Belleville (Pierre Pinon dir.), 1999, 97 pp.
Monquaut (Nicolas), “Modèles industriels et modèles architecturaux : l’usine automobile Renault de Flins, 1946-1958”, EA Versailles (Claude Prelorenzo dir.), 1999, 121 pp.
Dupuich (Claude), “Et Zehrfuss sculpta la montagne”, D’A. D’Architectures, n° 103, juin-juillet 2000, p.38-39.
Rambert (Francis), “Ambassade de Varsovie : l’après-Zehrfuss “, D’A. D’Architectures, n°108, janvier-février 2001, p. 36-37.
Fernandez (Vanessa), “La Façade vitrée de l’Unesco : entre soleil recherché et soleil redouté”, Paris, EA Paris-Belleville (Daniel Bernstein dir.), 2002, 223 p.
Lamarre (François), “Bernard Zehrfuss (rénovation Jean-Philippe Pargade) : Ambassade de France à Varsovie (1962-1970) : l’histoire mouvementée d’une représentation française”. Paris : Jean-Michel Place ; Downtown, 2004.
“Créer des liens. Ambassade de France, Varsovie (Pologne)”, Techniques et architecture, n°475, janvier 2005, p. 54-59.
Caille (Emmanuel), “Réhabilitation de l’ambassade de France à Varsovie”, D’A. D’Architectures, n°144, mars 2005, p. 66-70.
Kenzari (Bechir). “The Architects of the “Perchoir” and the Modernism of Postwar Reconstruction in Tunisia”, Journal of Architectural Education, n° 59 (3), p. 77–87.
ECRITS DE ZEHRFUSS
Zehrfuss (Bernard-Henri), “La Construction en Tunisie”, paris : Annales de l’Institut technique du bâtiment et des travaux publics, n°5, juin 1950.
Breuer (Marcel), Zehrfuss (Bernard), Nervi (Pier-Luigi),
“U.N.E.S.C.O. Paris. Avant-projets”, Paris : [s.n.], 1952.
Zehrfuss (Bernard-Henri), Hahn (Léonide), Bernard (Roger), “Les Bâtiments du siège permanent de l’Unesco à Paris”, Paris : Annales de l’Institut technique du bâtiment et des travaux publics, n°132, décembre 1958.
Notices dans : – “Architectures françaises outre-mer”/dir. M. Culot et J.-M. Thiveaud. Paris : IFA ; Caisse des dépôts et consignations; Liège: Mardaga, 1992. – “Archives d’architectes : état des fonds, XIXe-XXe siècles”. Paris : Direction des Archives de France ; IFA ; Documentation française, 1996. – “Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle”, IFA/Hazan, 1996, p. 982.
Desmoulins (Christine). “Bernard Zehrfuss”. Gollion : In-folio, 2008. 192 p.“UNESCO headquarters in Paris”, International prefabrication and new building, nov. 58, n°2/6, p. 598-601
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search