Fonds Georges WYBO

Référence 177 Ifa, WYBGE
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé WYBO Georges (1880-1943)
Dates extrêmes 1907-1939
Nom des principaux producteurs Georges Wybo
Importance matérielle 1 ml de dossiers, quelques rouleaux, 2 boîtes plates (photos et documents graphiques).
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Fonds donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d’archives de l’Institut français d’architecture en novembre 1991 par la fille de l’architecte.
Historique du producteur Georges Wybo, fils d’un bijoutier parisien, est né à Paris en 1880 et décédé à Paris en 1943.
Admis à l’Ecole des beaux-arts en 1899 (atelier Victor Laloux), Wybo obtient le prix Chaudesaigues en septembre 1901. Il est vraisemblablement rayé des listes de l’Ecole en 1910 sans avoir obtenu son diplôme.
Entre 1900 et 1910, il participe régulièrement aux salons annuels de la Société nationale des Beaux-Arts, réalise des décors de théâtre; il est l’architecte du monument construit à Ris-Orangis en mémoire des artistes lyriques disparus dans le naufrage du paquebot Général-Chanzy, et du tombeau du caricaturiste Caran d’Ache à Clairefontaine-en-Yvelines.
A partir de 1910, il se consacre à des commandes importantes. Il réalise à Deauville : le nouveau casino (1911-1912), le Royal Hotel (1923), dont la décoration et l’ameublement sont réalisés par les magasins du Printemps, et l’hôtel du Golf (1929).
Dès 1912 Wybo remplace René Binet en tant qu’architecte en chef des grands magasins du Printemps, peut-être d’abord en association avec Maurice Vincent, jeune collaborateur de Binet tué à la guerre. A ce titre, il réalise une quarantaine de bâtiments, notamment la reconstruction de l’édifice du bd Haussmann (Paris 9e) après l’incendie de 1921.
Il est l’auteur des Grands moulins de Paris (1917-1921).
En 1919, il est chargé des plans d’urbanisme de plusieurs villes des Ardennes par le commissariat à la Reconstruction.
Dans les années vingt, il travaille pour le constructeur d’automobiles André Citroën, pour lequel il élabore une architecture de prestige de l’automobile (magasins d’exposition, garages). A l’Exposition internationale des Arts décoratifs de Paris, en 1925, il réalise avec Henri Sauvage le pavillon Primavera. Il est aussi l’auteur de deux édifices de prestige autour des Champs-Elysées: l’hôtel George-V (1928) et le théâtre des Ambassadeurs (1931, actuel espace Pierre-Cardin).
A partir de 1931, architecte de la société des magasins de vente Prisunic (une filiale du Printemps), il construit en quelques annés plus d’une dizaine d’immeubles pour cette enseigne dans toute la France.
Son évolution stylistique dans l’entre-deux-guerres est celle d’un habile praticien ; selon l’historien de l’architecture Paul Smith, il passe du “goût Trianon” en 1912 (pour le casino de Deauville) à l’imitation du Mouvement moderne pour le yacht-club de la même ville en 1934. Il s’affirme dans ses publications (La Vie à la campagne) comme l’un des principaux tenants d’une architecture régionaliste.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination significative n’a été pratiquée.
Mode de classement Le fonds est seulement repéré. À la cotation des dossiers en 2007, des descriptions des documents, souvent sommaires, ont été ajoutées.Cotation et conditionnement:
– 177 Ifa 01-06 : boîtes de doc. (jusqu’à 26 x 37 cm) ;
– 177 Ifa 10 : boîte plate (jusqu’à 55 x 65 cm) ;
– 177 Ifa 20 : boîte de rouleaux ;
– 177 Ifa 30-31 : pochettes de doc. à plat (jusqu’à 90×125 cm).
Présentation du contenu Le fonds Wybo est un très petit ensemble de documents de cet architecte dont le travail est rattaché à l’automobile, au développement de Deauville et de la côte normande, aux grands magasins (reconstruction du Printemps, magasins Prisunic) et aux immeubles de rapport de luxe à Paris, mais aussi à la reconstruction des campagnes après la Première Guerre mondiale, à laquelle il a consacré un ouvrage.
Il comprend une proportion assez importante de coupures de presse et de documents imprimés.
Documents de même provenance Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle : – fonds Georges Wybo, 367 AA ; – fonds Bétons armés Hennebique, 76 IFA.
Autres sources Paris. Magasins Le Printemps, service des Bâtiments.
Bibliographie Smith (Paul). “Fonds Georges Wybo 1880-1943 : pré-classement”. Paris : IFA/Archives d’architecture du XXe siècle, 1992. 2 vol., dactyl. (rapport BRA).
Delorme (Franck). “Tir aux pigeons sous un toit [club-house à Pau]. Revue “Le Festin”, n° 61, printemps 2007, p. 133.
Pic (Rafael). “Balnéaire: une histoire des bains de mer”. Paris: LBM ; Phileas Fogg, 2004.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search