Centre culturel Tjibaou à Nouméa (Nouvelle-Calédonie)

Présentation

À la suite des événements qui ont endeuillé la Nouvelle-Calédonie, les différentes communautés concernées signent en 1988 les accords de paix de Matignon.
Dans le cadre de ces accords, le projet d’un centre d’expression de la culture kanak est envisagé. Après l’assassinat le 4 mai 1989 de Jean-Marie Tjibaou, leader indépendantiste qui avait lancé l’idée du centre, il est décidé de donner le nom de Tjibaou au futur centre. Le centre est le siège de l’Agence de développement de la culture kanak (ADCK), établissement public d’État institué en novembre 1988 par loi référendaire, transféré à la Nouvelle-Calédonie en 2012.

L’architecture du Centre Tjibaou à Nouméa est le fruit d’une étroite collaboration entre l’architecture Renzo Piano et l’ADCK. Elle a été conçue pour être en harmonie avec la culture kanak .Le centre se compose de trois villages qui ont chacun une fonction distincte et qui regroupent au total dix cases. Les cases inspirées de l ‘architecture kanak traditionnelle sont de hauteurs et de surfaces différentes et donnent un aspect inachevé qui rappelle que la culture kanak est toujours en devenir. Elles sont reliées entre elles par une allée courte qui évoque l’allée centrale spécifique à l’habitat traditionnel kanak.


Fonds d’archives

Acteurs

Bibliographie

Chronologie