Fonds Tony SOCARD

Référence 398 Ifa, SOCTO
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé SOCARD Tony (1901-1996)
Dates extrêmes 1933-1974
Nom des principaux producteurs Tony Socard
Importance matérielle 3 ml de dossiers.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’Architecture et du Patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Le fonds a été donné à la direction des Archives de France (entrée DAF 07/45) et déposé au centre d’archives de la Cité de l’architecture et du patrimoine en juillet 2007.
Historique du producteur Tony Socard est né à Paris (17e arr.) le 26 septembre 1901 et mort en 1996.
Il appartient à un milieu d’architectes et de décorateurs : l’un de ses oncles est le décorateur (ingénieur et auteur de meubles) Tony Selmersheim (1871-1971, travaille avec Chedanne, Sauvage, etc.). Son père est le maître verrier Edmond Socard ; son grand-père maternel est inspecteur en chef des monuments historiques.
Diplômé DPLG en 1932, Tony Socard ne veut pas reprendre l’atelier paternel (c’est son frère Jacques qui le reprendra, avant d’entrer chez les bénédictins à l’abbaye d’En-Calcat sous le nom de dom Éphrem [† 1985]). C’est l’une des raisons de son départ pour Alger, où il arrive en 1932 ou 1933, et où il travaille pour la Régie foncière de la ville de 1933 à 1938 : il édifie des immeubles dans les quartiers de la Marine et des Consulats. Après sa mobilisation en 1939-1940, il devient directeur de l’urbanisme au gouvernement général d’Algérie de 1941 à 1943. Il est à nouveau mobilisé en 1944 (chargé de mission auprès des Monuments historiques, région Sud).
Parallèlement, à partir de son arrivée à Alger, Tony Socard rédige à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, sous la direction de Marcel Poëte, une thèse intitulée «La beauté des villes», qu’il soutient en 1937 ; il est lauréat de l’Institut d’urbanisme en 1938. Il écrit de nombreux articles sur l’urbanisme des années trente aux années cinquante, notamment dans la revue algéroise Chantiers. Il enseigne à partir de 1946 la composition urbaine à l’Institut d’urbanisme d’Alger, et est chargé en 1961-1962 de cours d’histoire de l’architecture (Centre de formation des vérificateurs des ponts et chaussées) et de croissance urbaine (École supérieure de commerce d’Alger).
De retour en France en 1962, il travaille pendant dix ans (adresse professionnelle : 16, rue Raynouard, Paris 16e), sans retrouver une activité professionnelle qui le satisfasse ; il élabore notamment des plans d’urbanisme de villes moyennes (Vernon, Bourges) à la fin des années soixante. Il se retire à Nice.
Tony Socard a aussi développé une collection de cartes postales en partie héritée de son grand-père Selmersheim (80000 cartes postales).
Enfin, il a rédigé des Mémoires (en possession de ses héritiers).
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination significative n’a été pratiquée.
Mode de classement Les dossiers ont été sommairement analysés pour être rangés par catégories : la documentation liée à la thèse (il est parfois difficile de savoir si elle ne concerne pas plutôt, ou également, la préparation des cours), les polycopiés de cours, les articles (manuscrits, tirés à part, répertoire), les dossiers d’architecture proprement dits, et enfin quelques ouvrages provenant de la bibliothèque de Tony Socard, dont certains auxquels il a dû contribuer.
Présentation du contenu Le fonds comprend essentiellement la thèse de Tony Socard, ses cours d’urbanisme, ses articles, et les dossiers et documents préparatoires à ces ouvrages.
Parmi ces dossiers, plusieurs contiennent des photos de sites et d’édifices en Algérie (Alger, Sahara, Oran, Constantine, etc.) et ailleurs.
L’architecture de Socard à Alger n’est représentée que par une belle série de photos, un press-book soigneusement illustré, et un dossier sur le groupe d’immeuble Michelet-Saint-Saëns (1952, avec les plans de l’appartement personnel de Socard). Quelques plans d’opérations algériennes ont été découpés pour servir de chemises aux dossiers de cours.
Les archives s’arrêtent en 1962, à l’exception de quelques dossiers d’urbanismes (Vernon, Bourges, 1966-1969) et d’un dossier sur un ensemble de logements Sonacotra à Louvroil (Nord, 1963-1974).
Autres sources Il existe un exemplaire de la thèse de Tony Socard, “La Beauté des villes”, dans le fonds Gaston Bardet, 161 IFA (volume de texte + album d’illustrations). Un autre exemplaire est conservé par L’Institut d’urbanisme de Paris 12, en fonds ancien (n° 136).
Bibliographie ÉCRITS DE TONY SOCARD
Diplôme de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, “La beauté des villes”, sous la dir. de Marcel Poëte, 1937 (inédit).
Nombreux articles dans des revues, notamment d’architecture, notamment en Algérie (par exemple la revue Chantiers, dans les années 1930).
Contributions aux encyclopédies Quillet, dont l’Encyclopédie pratique du bâtiment et des travaux publics, 1952-1955.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search