Fonds Louis SIMON

Référence 053 Ifa, SIMLO
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé SIMON Louis (1901-1965)
Dates extrêmes 1920-1965
Nom des principaux producteurs Louis Simon
Importance matérielle 3 ml de dossiers, 16 tiroirs de meubles à plans, 2,5 ml de rouleaux.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Le fonds a été transféré à l’école d’architecture de Bordeaux en 1999. Il n’y a pas de restriction juridique particulière à sa consultation.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Archives départementales de Charente-Maritime», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Fonds donné à la direction des Archives de France et déposé au centre d’archives de l’Institut français d’architecture en juillet 1988 par l’épouse de l’architecte.
Historique du producteur Louis Jean Simon est né à Vif (Isère) en 1901 et mort à Paris en 1965.
Il étudie aux Beaux-Arts de Dijon puis de Paris (atelier Pontrémoli), tout en travaillant chez Félix Dumail, Roger-Henri Expert et Pierre Patout. Il est chef d’agence chez ce dernier après le départ de Robert Camelot en 1933.
Il accompagne Patout à New York pour superviser la réalisation du pavillon de la France à l’Exposition universelle de 1939. Architecte DPLG en 1935, il ne démarre une carrière indépendante qu’au lendemain de la guerre.
Il appartient à la génération d’architectes diplômés peu avant la guerre dont la carrière est retardée par les prolongements de la Grande Crise, puis interrompue par la guerre en 1940.
Il est architecte en chef adjoint de la Reconstruction pour la Charente-Maritime, puis architecte conseil pour les départements de Charente et de Charente-Maritime et pour la reconstruction de Royan – la ville la plus “cinquante” de France – ; il a deux agences, à Paris (13, rue de Condé) et à Royan. Il est, avec l’architecte bordelais Claude Ferret, le principal maître d’œuvre de la reconstruction de Royan, un modèle de l’architecture balnéaire des années cinquante. Le marché couvert en forme de coquillage renversé (1954), la gare routière (1959-1964) et le front de mer (1949-1964, en association), sont, avec quelques villas et immeubles d’habitation, ses œuvres majeures. Le front de mer et l’ensemble du plan d’urbanisme de la ville reconstruite (dû à Claude Ferret) sont des réussites basées sur un usage précis de la modernité, consistant à jalonner la ville de quelques bâtiments publics de grande qualité.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination significative n’a été pratiquée.
Mode de classement CLASSEMENT ET REFERENCEMENT :
L’inventaire est de type méthodique : dans un premier chapitre, viennent les Pièces personnelles (tous documents hors projets), puis l’inventaire de l’œuvre à proprement parlé : liste des projets (réalisés ou non) présentés dans l’ordre chronologique.
Les références qui apparaissent dans l’inventaire (N°d’inventaire) ne sont pas des cotes de dossiers (ou article = unité matérielle de conditionnement), mais les identifiants des unités documentaires.
Ces références sont constituées du numéro du fonds (53), celui-ci étant suivi d’un numéro d’ordre.
Présentation du contenu Les archives couvrent l’ensemble de la carrière indépendante de l’architecte (1945-1965), mais proviennent seulement de l’agence parisienne de Louis Simon, plus quelques travaux d’école et quelques documents remontant à l’époque de la collaboration de Simon avec Patout. Les archives qui se trouvaient dans l’agence de Royan n’ont pas été récupérées par la famille de l’architecte.
Le fonds comprend 2200 documents graphiques et une cinquantaine de photographies, ainsi que des dossiers de pièces écrites.
Une majorité de projets concernent Royan, secondairement La Rochelle (ZUP de Mireuil-Saint-Maurice), Soyaux et le département de la Dordogne.
Autres sources Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives de l’Ifa : concernant Royan, voir aussi les fonds Gillet, 152 IFA, et Sarger, 167 IFA.Ministère de l’Equipement, photothèque : nombreux clichés des œuvres de Louis Simon à Royan.
Bibliographie Wiktor (Corinne), “Louis Simon : architecte de la reconstruction de Royan : dossier inventaire”. Paris : IFA/Archives d’architecture du XXe siècle, [1989] (rapport BRA).
Ragot (Gilles), “Royan 1950”, Architecture, Mouvement, Continuité, n° 14, sept. 1990, p. 50-54.
Dion (Mathilde), “Notices biographiques d’architectes français”, Paris : Ifa/Archives d’architecture du XXe siècle, 1991, 2 vol. (rapport dactyl. pour la dir. du Patrimoine).
Ragot (Gilles), dir., “L’Invention d’une ville: Royan années cinquante”. Paris : Monum ; Editions du patrimoine, 2003 (coll. “Cahiers du patrimoine”; n° 65).
Robichon (Francois), “Royan entre reconstruction et préservation”, D’Architectures, n° 85, juil.-août 1998, p. 42-44.
“Royan 2000, un siècle, deux fois construite : actes des rencontres nationales des 23 et 24 juin 2000”. CAUE de la Charente-Maritime, dir. Jean-Michel Thibault. Royan : Caue 17, 2000.
Voir aussi notices biographique et bibliographique dans le rapport de Mathilde Dion (cf. fichier pdf. Associé).
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search