Fonds Jacky SARFATI

Référence 438 IFA, SARJY
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé SARFATI Jacky (1936-2015)
Dates extrêmes Années 1967-2007
Nom des principaux producteurs Jacky Sarfati
Importance matérielle 11 ml de dossiers, 2,5 ml de rouleaux, quelques grands albums.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Fonds consultable sur autorisation.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’Architecture et du Patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Fonds donné au SIAF par l’architecte et déposé au Centre d’archives de la Cité de l’architecture et du patrimoine en octobre 2014.
Historique du producteur Jacky Sarfati est né à Tunis le 31 août 1936, et mort à Paris le 24 juillet 2015.
Il commence ses études à l’École des beaux-arts de Tunis, et effectue parallèlement une première « saison » dans l’agence Cacoub. Arrivant à Paris, il s’inscrit en 1964 dans les ateliers Georges Dengler et Leconte, les ateliers intérieurs, les plus traditionnels à l’ENSBA. Il effectue sa scolarité très rapidement, en quatre ans. Diplômable en 1968, il ne sera finalement diplômé qu’en 1970 (à cause des événements de 68), avec un diplôme « tridimensionnel » (« Club du paysage dans le parc national des Cévennes ») présenté avec Rémy de Sèze et la participation de l’architecte [Jean-Romain ?] Girodet.
Il est aussi urbaniste diplômé de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, en 1970 (diplôme sur « L’Urbanisation à travers la science-fiction et la bande dessinée »).
Il travaille pour la première fois dans une agence en 1961-1962, chez Rémi Lopez (tours de La Croix Blanche à Vigneux-sur-Seine, longue barre dans la ZAC du Beauvoir à Châteaudun, école d’infirmières à Villeneuve-Saint-Georges), puis chez David Margoliès, puis (ou parallèlement) chez André Dubard de Gaillarbois (faculté des lettres de Reims, avec GEEP industries).
Il ouvre une agence en 1967, dans son appartement d’abord, dans des locaux professionnels au début des années 1970.
Il est avant tout un architecte de la communauté juive sépharade d’Île-de-France, travaillant essentiellement pour le consistoire de Paris ou le consistoire de France. Il édifie ainsi une série de synagogues, de bains rituels et d’édifices communautaires autour de Paris, et en particulier l’école Yabné (1989-1994), porte d’Italie, Paris 13e.
Évaluation, tris et éliminations Seuls ont été conservés les projets concernant la communauté juive. Les autres (environ un tiers du fonds) étaient des projets souvent très modestes.
Mode de classement Cotation et conditionnement :
– 438 IFA 1-35 : boîtes de dossier d’archives ;
– 438 IFA 101-126 : rouleaux de plans ;
– 438 IFA 201-202 (boîtes plates contenant des albums).
Présentation du contenu Les projets intégrés dans le fonds (voir champ Éliminations) sont ceux des synagogues, bains rituels et autres édifices communautaires, en particulier celui de l’école Yabné.
Ils sont représentés essentiellement par des plans, des dossiers de correspondance et des albums d’esquisses.
Le fonds ne comprend pas de photographies.
Les dessins du diplôme de 1968 n’ont pas été conservés par l’architecte.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search