Fonds Pierre RIBOULET

Référence 374 Ifa, RIBPI
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé RIBOULET Pierre (1928-2003)
Dates extrêmes 1980-2002
Nom des principaux producteurs Pierre Riboulet
Importance matérielle 155 ml d’archives, 9 tiroirs de meuble à plans, 9 ml d’étagères à rouleaux, 120 maquettes.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Modalités d’entrée Le fonds a été donné à la DAF et déposé à l’Ifa par Pierre Riboulet par lettre du 18 décembre 2002. Il a été déposé en plusieurs fois, de 2002 à 2005 (compléments versés par les ayants-droits après le décès de l’architecte).
Historique du producteur Pierre Riboulet, né en 1928, est mort le 22 octobre 2003 à Paris. Diplômé de l’école des Beaux-Arts (atelier Arretche), il est, dès les années 1950, lié au Mouvement moderne. Il travaille avec Michel Ecochard successivement à Rabat puis à Karachi.
En 1958, il fonde avec Jean Renaudie, Gérard Thurnauer et Jean-Louis Véret, l’Atelier d’architecture de Montrouge (voir fonds 162 IFA).
Il ouvre une agence personnelle à partir de 1978, et travaille jusqu’à son décès en 2003.
Ses principaux projets des années 1980 sont notamment l’hôpital Robert-Debré à Paris (1988), le conservatoire de musique d’Evry (1984), le siège social de la Caisse des dépôts et consignations à Paris (1988).
Parallèlement, le souci de l’intégration urbaine des bâtiments ou des aménagements guide les études pour la porte de Pantin, la porte de Vincennes, les abords de la basilique Saint-Denis.
Au cours des années 1990, il élabore d’autres projets importants : l’Institut français d’urbanisme à Marne-la-Vallée (1991), un îlot proche du palais de justice de Rouen (1994), le bâtiment pour la chirurgie de la tête à la Salpêtrière à Paris (pavillon Babinski, 1996), les bibliothèques de l’université Paris 8 (Saint-Denis), de la ville de Limoges (1998) et de l’université du Mirail à Toulouse (2003), la faculté des sciences économiques de l’université Paris 12 à Créteil (2001), l’école des Beaux-Arts de Montpellier (2001), l’hôpital pour la Femme et la mère à Toulouse (2003), le lycée technique Le Corbusier à Aubervilliers (2003), la cité Chantilly à Saint-Denis (100 logements sociaux, 1ère tranche 2003).
Parmi ses études urbaines, on peut mentionner l’aménagement de la presqu’île portuaire à Caen, le plan d’ensemble du quartier du Marcreux à Aubervilliers, l’étude pour la plaine Saint-Denis (avec Hippodamos), l’aménagement du port de la Joliette à Marseille.
Théoricien, Pierre Riboulet soutient une thèse d’Etat en lettres et sciences humaines et enseigne la composition urbaine à l’Ecole nationale des ponts et chaussées de 1980 à 1997.
Il a publié de nombreux articles.
L’Atelier de Montrouge et ses quatre architectes ont reçu le grand prix national d’architecture en 1981. Pierre Riboulet a reçu la médaille de l’Académie d’architecture pour l’ensemble de son œuvre en 1988. Il est lauréat du palmarès de l’habitat en 1990.
Historique de la conservation Le fonds était conservé dans l’agence de Pierre Riboulet dans le 13e arrondissement. Cependant une grande partie, déposée en garde-meuble, a brûlé en 2002 avant le transfert à l’Ifa.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination significative n’a été pratiquée dans ce fonds (Il est probable que lors du traitement de nombreux doublons pourront être éliminés).
Mode de classement Le repérage est provisoire (il s’appuie sur les listes fournies par l’agence, et est mis à jour lors d’opérations ponctuelles effectuées sur les archives – notamment des transferts de dossiers vers le fonds Atelier de Montrouge -, qui sont détaillées ci-dessous). Il couvre la totalité du fonds d’archives, sauf les caisses 317 à 341 et les archives numériques. Pour plus de précisions, voir l’avertissement du repérage.
Les documents antérieurs à 1979 environ qui se trouvaient à l’agence Riboulet sont des archives de projets de l’Atelier de Montrouge (ATM), et leur réintégration au fonds ATM est en cours: il s’agit, pour l’essentiel, d’esquisses autographes de Pierre Riboulet, ainsi que de quelques dossiers de pièces écrites et maquettes.
Par souci d’intégrité, sont également réintégrées au fonds ATM les archives concernant des interventions ultérieures de Pierre Riboulet sur des réalisations de l’Atelier de Montrouge, pour les projets suivants :
– Ensemble de bureaux EDF, avenue Wagram (ATM-F-63-5) : projet d’extension (1988) ;
– Ensemble administratif et technique d’EDF, Issy-les-Moulineaux (ATM-F-63-6) : aménagement intérieurs des RDC, 1er et 2e étages (1979, revus en 1980, 1984 et 1987), avant-projet sommaire d’une surélévation des terrasses-jardin (déc. 1987) ; études de réaménagement intérieur (août 1992).
– Centre de perfectionnement d’EDF, Les Mureaux (ATM-F-72) : extension de l’enseignement, des services généraux et du sous-sol ; gymnase (1979) ; projets d’une salle d’étude dans l’aile nord-ouest de l’hébergement et d’un poste d’accueil ouvert sur le hall dans la partie centrale (1989).
En revanche, les archives de certains projets engagés à l’époque de l’ATM sont laissées dans le fonds Riboulet car elles constituent un objet en soi :
– Home Nathalie (Gouville) (ATM-C-66-2), nouvelle phase de travaux après 1979 dont Riboulet est seul maître d’œuvre ;
– Maison Pouget, projet esquissé en 1968 par Riboulet et qu’il réalise seul en 1984.
Cotation et conditionnement : Les caisses d’archives sont numérotées de 1 à 341 (avec une lacune de 184 à 199), et les boîtes à rouleaux, à leur suite, de 400 à 411.
Les autres séries de conditionnement sont numérotées à partir de 1 : les rouleaux de 1 à 62 (avec deux numéros bis), les cartons à dessins de 1 à 33 (avec un numéro bis), les maquettes de 1 à 118 (plus une non numérotée).
Présentation du contenu Le fonds contient les archives de l’agence personnelle de Riboulet, après la séparation de l’Atelier de Montrouge (effective au 1er janvier 1981, avec l’autorisation d’engager des affaires à titre personnel à partir du 1er janvier 1979). Pour la première décennie de l’agence personnelle, cependant, la plupart des documents graphiques et des dossiers de pièces écrites ont disparu dans l’incendie du garde-meuble Intradis en janvier 2002. Cependant, les maquettes et les plans et dessins autographes de Riboulet couvrent la production de cette période. Les archives sont beaucoup plus complètes pour la période 1990-2003.
Les dessins autographes, les photographies et la revue de presse ont rejoint le reste des archives après le décès de Riboulet, conformément à son vœu.
Enfin, le fonds comprend le tout premier ensemble d’archives informatiques reçu par le centre d’archives de la Cité de l’architecture et du patrimoine (correspondant aux projets de la dernière décennie d’exercice environ).
Documents de même provenance Cité de l’architecture et du patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle : fonds de l’Atelier de Montrouge, 162 IFA.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search