Fonds Gaston REDON

Référence 003 Ifa, REDGA
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé REDON Gaston (1853-1921)
Dates extrêmes 1875-1910
Nom des principaux producteurs Gaston Redon
Importance matérielle Quelques documents écrits et imprimés, 1 tiroir de meuble à plans, 4 photographies.
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Le fonds Laprade, dont le fonds Lefort a été extrait, a été déposé par la famille de l’architecte à l’Institut français d’architecture en mars 1981 (puis donné à la DAF en mars 1998, avec l’ensemble des archives d’Albert Laprade, mais à l’exception des éléments qui en avaient été extraits pour constituer les fonds Lefort, Redon, Sergent et Subes).
Historique du producteur Gaston Redon est né en 1853 à Bordeaux et décédé en 1921.
Il a deux frères, Ernest, musicien, et Odilon, le peintre connu.
Il est élève dans l’atelier de Jules André à l’Ecole des beaux-arts de Paris. Il obtient son diplôme en 1883 et remporte la même année le grand prix de Rome.
Pendant son séjour à la villa Médicis, il se lie d’amitié avec les musiciens pensionnaires, Debussy et Charpentier. La musique restera la grande passion de sa vie. Il fréquentera assidûment les concerts.
Sa restauration de la ville antique de Baalbek (ou Héliopolis au Liban) lui vaut la médaille d’honneur du Salon de 1890.
Au début de sa carrière, il est architecte du gouvernement, chargé de la manufacture des Gobelins.
En 1891, il prend la succession de l’atelier Coquart-Gerhardt à l’Ecole des beaux arts. Il y formera des élèves brillants, comme Roger-Henri Expert, Albert Laprade ou Michel Roux-Spitz. Professant une profonde aversion pour le métier d’architecte au quotidien avec toutes les contingences qui s’y rattachent, il préfère entretenir ses élèves du dernier concert auquel il vient d’assister.
Il est élu membre de l’Institut en 1914 au fauteuil de Léon Vaudremer.
Architecte des bâtiments civils et palais nationaux, il est en charge du Louvre et des Tuileries, avec Emmanuel Pontremoli comme assistant. Au Louvre, il aménage la salle des Rubens et la salle Van Dyck en 1900, et installe le musée des Arts décoratifs dans le pavillon de Marsan en 1905. Il réussit à obtenir le déménagement du ministère des Colonies du pavillon de Flore. Chargé de construire le nouveau ministère des Colonies dans l’ancien Archevêché, il est disgrâcié avant la fin des travaux en 1910.
Il construit très peu en dehors de ses charges officielles: tombeau du compositeur César Franck au cimetière du Montparnasse (1891), casino municipal de Royan (1896), aménagement des abords de l’Arc de triomphe et des jardins du Carrousel (1906).
Il consacre en revanche une grande partie de son temps au dessin d’architectures imaginaires, notamment les « Visions », ensemble d’architectures oniriques.
Il est membre de la Société des artistes français et de la Société des architectes diplômés par le gouvernement.
[Voir la notice rédigée par Albert Laprade dans le catalogue de l’exposition des œuvres de Gaston Redon à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts en novembre 1957]
Historique de la conservation Le fonds Redon a été extrait du fonds Laprade. Celui-ci a été directement déposé par la famille Laprade à l’Ifa en 1981 (dans les années 1980-1982, la famille a réparti les archives entre plusieurs institutions : ENSBA, Archives nationales, Académie d’architecture et Ifa).
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination n’a été pratiquée.
Mode de classement CLASSEMENT ET REFERENCEMENT :
L’inventaire est de type méthodique : dans un premier chapitre, viennent les Pièces personnelles (tous documents hors projets), puis l’inventaire de l’œuvre à proprement parlé : liste des projets (réalisés ou non) présentés dans l’ordre chronologique.
Les références qui apparaissent dans l’inventaire (N°d’inventaire) ne sont pas des cotes de dossiers (ou article = unité matérielle de conditionnement), mais les identifiants des unités documentaires.
Ces références sont constituées du numéro du fonds (ici le n°3), suivi d’un numéro d’ordre.
Présentation du contenu Le fonds se compose essentiellement de dessins d’école, du projet de nécropole pour le Grand prix de Rome de 1883, de croquis et dessins faits pendant le séjour romain de Gaston Redon à la villa Médicis, et des projets pour la restauration de Baalbek.
Quelques documents concernent les projets du casino de Royan, du tombeau de César Franck, de la salle des Rubens au Louvre, de l’aménagement du musée des arts décoratifs.
Le fonds contient également quelques études pour les “Visions” (architecture onirique).
Documents de même provenance Musée d’Orsay : 27 dessins (casino de Royan, ministère des Colonies, dessins fantastiques).
Académie d’Architecture : 44 esquisses pour l’étude du tombeau de César Franck.
Bibliographie “Archives d’architecture du XXe s.”. Paris : IFA/Archives d’architecture du XXe siècle ; Liège : Mardaga, 1991.
Laprade (Albert). “Gaston Redon, architecte 1853-1921”. Paris, n.d. [Brochure éditée à l’occasion de “l’Exposition des œuvres de Gaston Redon – visions architecturales-études-aquarelles” organisée par les anciens élèves de l’atelier Redon du 14 au 30 nov. 1957]
.
Jacques (Annie), Verger (Stéphane), Virlouvet (Catherine). “Italia antiqua” ; catalogue de l’exposition, 12 fév.-21 avr. 2002 (ENSBA) et 5 juin-9 sept. 2002 (Villa Médicis, Rome). Paris : ENSBA, 2002.
Chasseboeuf (Frédéric). “Les villas de la côte de beauté (de 1850 à 1930) en Charente-Maritime”. Prahecq : patrimoines & médias, 2005.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search