Fonds Michel MAROT [2/2]

Référence 325 AA, MAROT
Niveau de description Fonds d’archives
Intitulé MAROT Michel (1926-)
Dates extrêmes 1954
Nom des principaux producteurs Michel Marot
Importance matérielle 4 dessins
Langue des documents français
Historique de la conservation Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
Localisation physique Centre d’archives d’architecture du XXe siècle
127, rue de Tolbiac
75013 Paris
Conditions d’accès Il n’y a pas de restriction juridique à la consultation du fonds.
Conditions d’utilisation Pas de conditions particulières.
En cas de publication d’un document, les mentions obligatoires sont «Académie d’architecture/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle», éventuellement suivies de la mention de crédits figurant dans la légende du document (nom de photographe ou d’agence photographique). Le règlement de droits aux ayants droit du fonds et l’obtention de leur accord sont obligatoires pour toute publication (contacter le centre d’archives).
Modalités d’entrée Dépôt de l’Académie d’architecture en février 2000 (convention de dépôt du 7 mars 2001).
Historique du producteur Michel Marot est né à Troyes le 29 janvier 1926.
Il entre à l’ENSBA en 1945, à l’atelier Leconte, et obtient son diplôme d’architecte en 1950. Il complète cet enseignement par des cours à l’Institut d’urbanisme de Paris avec André Gutton et Robert Auzelle, et par des voyages en Italie et en Scandinavie.
En 1952, il obtient une bourse américaine pour suivre des cours d’urbanisme à l’université de Harvard, où enseigne Walter Gropius. A son retour, en 1954, il obtient le premier Grand prix de Rome (atelier Leconte), dont le programme est “Un centre de recherches africaines à Kano, dans le Nigéria britannique”, et séjourne pendant trois ans à la villa Médicis.
Pendant cette période, en 1955, il obtient l’Equerre d’argent pour la petite église Sainte-Agnès réalisée à Fontaine-les-Grès, dans l’Aube.
Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, il se voit confier la conservation de l’Arc de triomphe et des Archives nationales à Paris, et de la villa Médicis.
En 1959, il fonde avec Daniel Tremblot (1923-) le cabinet MTA, regroupant plusieurs architectes. Cette association dure une trentaine d’années; dans ce cadre ils construisent des églises, de nombreux ensembles de logement, ainsi que des écoles et des hôpitaux. Les derniers projets conservés dans les archives datent du début des années 1990.
Appelé par des élèves à succéder André Leconte en tant que patron d’atelier à l’ENSBA, il y enseigne de 1965 à 1968, puis, dès sa création, à l’école d’architecture de Paris-Conflans. Il prend position activement dans le débat sur l’enseignement de l’ENSBA, se faisant le défenseur convaincu du «système Beaux-Arts».
Historique de la conservation Fonds donné par l’architecte à l’Académie d’architecture à une date inconnue, avant 2000.
Évaluation, tris et éliminations Aucune élimination n’a été pratiquée.
Mode de classement Cotation et conditionnement :
325 AA 1 : boîte de rouleaux.
Présentation du contenu Planche de présentation du projet pour le Grand prix de Rome, 1954.
Affiche dite “d’agence” avec caricatures du groupe travaillant à l’atelier ; projet d’affiche “Grand prix de Rome d’architecture de 1954” ; caricature de tous les pensionnaires contemporains de Marot à Rome (1954-1957).
Documents de même provenance Archives départementales de l’Aube : fonds de l’agence d’architecture et d’urbanisme Marot Tremblot et associés (MTA), fonds 99 J (dossiers concernant le département de l’Aube, 1964-1986, 50 ml, fonds consultable sur demande écrite précise préalable). Des dossiers concernant d’autres départements ont été transférés dans les Archives départementales correspondantes au cours du classement provisoire du fonds.
Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Centre d’archives d’architecture du XXe siècle : fonds Michel Marot, 431 IFA.
Bibliographie Lebrun (Pierre). “Polyvalence des locaux, mobilité des cloisons et du mobilier liturgique: des procédés pour installer l’église dans la dynamique sociale”. Rapport dactyl., juin 2000.
Marot (Michel). “Travaux de consolidation de l’Arc de triomphe”. Paris : Institut de France, Académie des beaux-arts, 1988. 20 p.
Copyright © Cité de l’architecture et du patrimoine

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search